mardi 30 septembre 2008

Mon oncle

Jacques était un homme gentil. Quand on parlait de lui, on disait : il est gentil. Pas il est « gentil », en appuyant sur le gentil pour faire sentir qu'il était un peu niais. Il était gentil.

Ouvrier aux tuileries, dès son plus jeune âge, pas bien grand, un peu maigre, de santé fragile, il souriait. Accompagné de sa maîtresse-femme, qui parlait fort, qui décidait, qui régentait, il souriait. Il s'approchait quand elle avait fini de parler, vous touchait le bras pour vous rappeler sa présence, et vous donnait en souriant un mot doux, un mot gentil.

Il ne buvait pas, il fumait avant, il y a longtemps, des gitanes maïs qui s'éteignaient au coin de sa bouche. Depuis longtemps, il ne fumait plus.

Il avait son jardin ouvert à tous, ouvert aux gosses. Et des gosses, il y en a eu. Les siens. Et puis les autres, ceux de passage, ceux qui venaient se requinquer, et oublier le monde trop dur auprès de sa gentillesse. Il y en a eu des gosses, qui l'ont appelé papa, qui ont sauté sur ses genoux au rythme de la ritournelle. Ceux qui passaient, ceux qui restaient. Il en a même adopté un, celui qu'on leur avait confié bébé, et qui devait repartir.

C'était un homme gentil, jamais il ne criait, il courbait parfois un peu l'échine quand sa maîtresse-femme le bousculait. Il faisait le gros dos et souriait dans un clin d'œil. Il l'aimait sa maîtresse-femme, il l'écoutait et elle l'aimait aussi et lui permettait d'être gentil.

Quand ça soufflait un peu trop fort au-dessus de la tête des gosses, quand la tempête menaçait, ils revenaient sur ses genoux, et racontaient leur bêtise, petite ou grosse, il pardonnait.

Il est mort dimanche, il était vieux et très malade.

Il était surtout gentil.

Posté par Berthoise à 20:25 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur Mon oncle

    Voilà un bel hommage à un gentil tonton. Rares sont ces hommes où derrière la gentillesse se cache une grande intelligence de coeur.

    Posté par Kris, mercredi 1 octobre 2008 à 11:22 | | Répondre
  • il est entré au Paradis de tes souvenirs.

    Posté par la Mère Castor, mercredi 1 octobre 2008 à 19:18 | | Répondre
  • C'est un bel hommage, vraiment.

    Posté par val, mercredi 1 octobre 2008 à 19:56 | | Répondre
  • Je t'ai trouvée en m'énervant contre Charly qui nous laisse sans nouvelles et après les crises de fou-rire qu'il me donne , me voilà au bord des larmes ... Joli hommage; un tel homme vivra toujours au fond de ton coeur...et tu l'as fais vivre pour nous....merci

    Posté par Véga, mercredi 1 octobre 2008 à 21:28 | | Répondre
  • Mais non, il n'est pas mort : Il est dans le jardin - Je te le dis !
    Bises

    Posté par Martin-Lothar, mercredi 1 octobre 2008 à 22:10 | | Répondre
  • Je crois que nous avons presque tous dans sa famille ou parmi les amis de ses parents un homme gentil. En ce qui me concerne, c'était le meilleur copain de mon père. On le garde au chaud dans son coeur pendant toute sa vie

    Posté par henri, jeudi 2 octobre 2008 à 02:25 | | Répondre
  • une pensée affective pour ce gentil homme auquel, tu rends aussi un bien bel hommage!
    A bientôt

    Posté par muvapa, jeudi 2 octobre 2008 à 17:45 | | Répondre
  • Kris > rares, oh non. Il y en a quelques uns.
    Mère Castor > Oui, se souvenir de lui est plaisant.
    Val > merci.
    Véga > Bienvenue ici, c'est parfois plus gai mais des fois non.
    Martin-Lothar > Je te crois.
    Henri > Soyez le bienvenu aussi, c'est bien d'avoir un cœur chaud.
    Muvapa > A bientôt en vrai.

    Posté par berthoise, vendredi 3 octobre 2008 à 17:33 | | Répondre
  • Oui, bel hommage !
    Bises.

    Posté par Chantal, mardi 7 octobre 2008 à 16:26 | | Répondre
  • C'est vraiment ça que j'aime lire. C'est court, précis, agréable et surtout suffisamment fort pour que je m'en souvienne quelque temps de ce texte.

    Posté par Marc, mardi 16 décembre 2008 à 23:24 | | Répondre
  • Marc > Merci.
    Chantal > Ben alors, je ne t'avais pas répondu.
    Je prends les bises.

    Posté par Berthoise, mercredi 17 décembre 2008 à 12:34 | | Répondre
Nouveau commentaire