mardi 22 décembre 2009

J'ai ranimé la flamme

Ce matin, je me suis levée tôt. Le feu que mon mari avait allumé hier, n'était pas froid et quelques braises rougeoyaient encore sous la cendre. Je suis sortie dans la nuit, la neige et le froid pour chercher quelques bûches, j'ai tisonné un peu. Le feu est reparti. Je suis très fière de cet exploit. Peut-être est-il mince à vos yeux, mais je ne sais pas allumer un feu. Quand j'essaie, je suis du genre têtue, de celles que quelques tentatives avortées ne découragent pas, quand j'essaie, il est rare que les flammes s'élèvent au-dessus des bûches. Mais aujourd'hui, mes essais furent couronnés de succès. J'ai obtenu que le feu reprenne, clair, vif et gai.
Chez nous, il y a une grosse chaudière à fioul, grosse comme celle d'un bateau. Elle chauffe les quatre niveaux de la maison : l'entresol, le rez de jardin, l'étage et les combles. Il fait bon dans la maison et nous n'utilisons la cheminée du salon que pour le plaisir. Toutes les pièces ont des cheminées mais nous n'en utilisons qu'une.

Image

Pin-up de Fritz Willis

Quand j'étais enfant, il y avait un poêle qui chauffait toute le maison, nous vivions donc toutes portes ouvertes. C'était un poêle à mazout qu'il fallait remplir avec un broc et un entonnoir. La cuve était à l'extérieur et c'était une corvée que de recharger le poêle. Si on le laissait s'éteindre par négligence, on devait ensuite attendre qu'il refroidisse avant de pouvoir le rallumer. Ma mère lançait une allumette enflammée dans la tâche humide qui se formait au fond. C'était d'abord bleuté, puis elle refermait le couvercle en fonte et on pouvait  voir la lumière orange par le hublot du devant. Ma mère était souvent debout devant le poêle, les mains tendues au-dessus. Quand elles étaient chaudes, elle les ramenait sur son ventre. Chez ma grand-mère, il y avait le même poêle qui chauffait aussi toute la maison. Le soir, on ouvrait la porte de l'escalier pour qu'un peu de chaleur monte dans les chambres. Si notre poêle était valeureux, sûr, s'il inspirait la confiance, celui de mes grands-parents tombait régulièrement en panne. Mon père devait le démonter et le décrasser sans jurer, car il ne disait jamais de grossièretés devant ses beaux-parents. Quand le poêle chauffait, il y avait une bouilloire qui chuintait dessus en permanence. Ma grand-mère veillait à ce qu'elle ne manque pas d'eau car le robinet au dessus de l'évier ne donnait que de l'eau froide. Je n'ai jamais su pourquoi au fond de cette bouilloire, il y avait des coquilles d'huitres couvertes de calcaire. Peut-être précisément pour attraper ce vilain calcaire qui ternissait tout. Il y avait un fauteuil de  chaque côté du poêle. Mais ce n'était pas la place des petits enfants. Nous, on était assis sur les chaises autour de la table. On jouait aux dominos, on feuilletait " Le Pèlerin".

Je suis assise devant le feu que j'ai réussi à ranimer. J'apprécie la chaleur qui règne chez moi. C'est le confort moderne.

Posté par Berthoise à 15:23 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur J'ai ranimé la flamme

  • Belle culotte aussi !

    (et je t'ai tout de suite reconnue !)

    Posté par joye, mardi 22 décembre 2009 à 16:38 | | Répondre
  • Et bien, c'est la seule chose que je sais vraiment faire, allumer le feu. En général.
    Chez moi nous sommes très vieux jeu, il y a poêles à mazout et poêle à bois, pas de chauffage central dans la grande maison. Alors on fait comme ta maman, on lance du feu au fond, sur la tache.
    Et il y a souvent la bouilloire sur le poêle à bois, pour les bouillottes.
    Les coquilles, c'est pour "attraper" le calcaire, en effet, et ménager la bouilloire.
    Et s'il y avait un séchoir à linge sur le tuyau, comme dans ma petite maison (l'autre) la pin up pourrait y mettre sa jupe à sécher, la coquine.

    Posté par la Mère Castor, mardi 22 décembre 2009 à 16:57 | | Répondre
  • Je suis bien d'accord, votre culotte est très chouette (et elle vous sied parfaitement). Je veux la même. Si vous vouliez bien m'indiquer l'adresse de la boutique où vous l'avez achetée...

    Posté par Muriel, mardi 22 décembre 2009 à 19:01 | | Répondre
  • rallumer le feu, c'est bien

    mais en faire, en pleine nature, sous la neige par -18°C, c'est encore autre chose. Tu sais que Mac Gyver propose des stages de perfectionnement en survivance ? Pas cher.
    Bon Noël, chère aventurière

    Posté par choule[bnkr], mardi 22 décembre 2009 à 19:21 | | Répondre
  • Bravo. Moi le feu c'est comme la mayonnaise, soit j'y arrive du premier coup, soit je m'échine pendant des heures et je n'y arrive pas.

    Posté par aude, mardi 22 décembre 2009 à 19:31 | | Répondre
  • Demonter le bruleur des poeles a Mazout, j ai du souvent faire ca dans ma vie, mais maintenant, les chaudieres modernes sont assez complexes et je ne m y aventure plus et puis cela m a permis de gagner parfois quelques sous...
    Bonne soirée Latil

    Posté par Latil, mardi 22 décembre 2009 à 19:36 | | Répondre
  • J'ai souvent des difficultés à allumer le feu

    Tes souvenirs me transportent au temps de mon enfance ... la chaudière à charbon.. la cuisinière qui chauffait tout le rez de chaussée et la porte du four pour nous chauffer les pieds au retour de l'école !

    Et puis j'aime beaucoup cette image..il en existe toute une série avec ces pin-up !

    Posté par brigou, mardi 22 décembre 2009 à 19:54 | | Répondre
  • C'est vrai qu'un bon feu de bois, y'a que ça qui réchauffe vraiment Bravo pour le rallumage ))

    Posté par Fred Cokenpat, mardi 22 décembre 2009 à 21:53 | | Répondre
  • zut ! çà me fait penser qu'en plus de ranger la (célèbre) table et emballer les cadeaux achetés aujourd'hui, il va falloir vider la cheminée pleine de cendres avant d'avoir la joie d'y faire une belle flambée

    Posté par zigmund, mardi 22 décembre 2009 à 22:19 | | Répondre
  • Réponses

    Zigmund > Je n'ai pas encore emballé les cadeaux et aujourd'hui, boutiques. Je pense que je ne vais pas me sentir seule.
    Fred > Je suis contente que tu apprécies l'exploit à sa juste valeur.
    Brigou > Je saurais allumer un poêle à fioul, mais un feu de bois, je n'ai pas vu faire dans mon enfance.
    Latil > Tu es un homme aux multiples talents.
    Aude > J'ai moins de mal avec la mayonnaise.
    Choule > Ça existe encore ce genre de stage ?
    Muriel > S'il n'y a que ça pour vous faire plaisir. L'adresse est ici.http://berthoise.canalblog.com/archives/2008/08/06/index.html
    Mère Castor > Rentrer du boulot à plus de 18 heures, dans la nuit, trouver la maison froide et devoir rallumer le feu. Je sais, des copines l'ont vécu, je m'en passe très bien. Mais quand on peut surveiller, laisser la cuisinière allumée en permanence, c'est sympa.
    Joye > Je croyais pourvoir passer incognito.

    Posté par Berthoise, mercredi 23 décembre 2009 à 09:19 | | Répondre
  • Non, jamais, Berthoise, on remarque toujours les belles miches en passant devant la vitrine, c'est inévitable !

    Posté par joye, mercredi 23 décembre 2009 à 13:42 | | Répondre
  • J'aime beaucoup le choix de l'illustration

    Posté par Nadège, mercredi 23 décembre 2009 à 14:45 | | Répondre
  • Vive les petites culottes blanches !
    (Ceci est une déclaration)

    Posté par Prax, mercredi 23 décembre 2009 à 15:23 | | Répondre
  • Réponses

    Prax > Mieux qu'une déclaration,un vrai leitmotiv.
    Nadège > Jolie, la pin-up, c'était l'histoire de ranimer la flamme... l'autre!
    Joye > Si tu savais....

    Posté par Berthoise, mercredi 23 décembre 2009 à 18:56 | | Répondre
  • Je vous remercie pour le lien (je partage votre goût pour les boutiques en voie de disparition.)
    Il serait fort sage que je songe à investir dans des radiateurs dignes de ce nom car toutes les petites culottes du monde, aussi couvrantes soient-elles, ne peuvent suffire à lutter contre le froid de l'hiver.

    Posté par muriel, mercredi 23 décembre 2009 à 22:59 | | Répondre
  • Réponses

    Muriel > Mes petites culottes sont moins grandes, mais j'aime les culottes où le cul s'arrondit. Question de confort.

    Posté par Berthoise, jeudi 24 décembre 2009 à 13:48 | | Répondre
  • Chez nous aussi il y a une grande cheminée dans le salon, mais elle ne sert que pour le fun (elle est ouverte). D'ailleurs c'est ce qu'elle fera le 31 au soir, et c'est moi qui allumerai le feu car mon distrait ne sait pas trop faire

    Posté par La Discrète, samedi 26 décembre 2009 à 20:58 | | Répondre
  • Réponses

    La discrète > Nous aussi, c'est un peu pour la frime, mais aussi pour le plaisir, même si la maison est chaude, j'aime bien m'installer dans un fauteuil au coin du feu avec une eau chaude et un bouquin.

    Posté par Berthoise, dimanche 27 décembre 2009 à 07:37 | | Répondre
  • ah oui, c'est très reconnaissable, y compris les coquilles d'huîtres dans la bouilloire et les fauteuils qui ne sont pas pour les petits-enfants!

    Posté par Adrienne, jeudi 2 septembre 2010 à 18:06 | | Répondre
  • Adrienne > Merci.

    Posté par Berthoise, vendredi 3 septembre 2010 à 07:43 | | Répondre
Nouveau commentaire