vendredi 7 décembre 2012

Aléa de la vie professionnelle d'une remplaçante en milieu rural.

IMG_0737Février 2012, ce matin je n'ai pas eu le temps.

Ce matin, tout est blanc, il a neigé. Devant la maison, la lame est passée, la saleuse aussi. Je n'ai pas de remplacement, j'attends. J'attends un appel de l'inspection me disant où je suis attendue.

Si à 9h00, on ne m'a rien dit, j'irai dans l'école du bourg. C'est la décision que j'ai prise. Il doit bien manquer quelqu'un là-bas.

8h30, appel de l'inspection, ce n'est pas la secrétaire, chef-chef chérie, elle est coincée au milieu des champs gelés dans la boutonnière. C'est un conseiller.

- Allo, Berthoise, tu peux bouger ? Oui, oui, je suis à tu et à toi avec les conseillers.

- Ben oui, je comptais descendre à l'école du bourg.

- Est-ce que tu peux aller à B..., la collègue est bloquée, elle ne peut pas sortir de chez elle, et c'est une classe unique.

- D'accord, je vais essayer.

B...est un peu loin, pas beaucoup mais il faut passer par Mont...., point culminant du canton, célèbre pour ses congères.

Me voici partie, dans ma jolie petite voiture rouge, sur les routes de campagnes, aussi appelées dans les journaux routes secondaires. Je crois qu'on pourrait même les nommer, routes de dernière zone tellement elles sont oubliées. Je roule, je brave les dangers, je serre les fesses et quand j'ai le temps, j'admire le paysage dans la lumière du jour naissant. Je chasse par moment, je n'en mène pas large.

J'arrive à B..., je passe devant le château, il y a beaucoup de châteaux dans le Vexin, je me gare devant l'école. Il est 9h15, j'ai mis pas loin de 3/4 d'heure pour faire les 18 bornes.
L'école est fermée. Fermée. Pas un chat. Vide. Déserte. Une affiche est placardée sur la grille disant qu'en raison des conditions météorologiques, les transport scolaires ne sont pas assurés et que les enfants n'ont pas classe ce jour. J'ai l'air bête avec mon cartable, seule dans la rue devant la grille fermée. Je hèle le cantonnier qui sème du sable un peu plus loin.

- Ah ben non, y'a personne.

- Vous pouvez m'ouvrir, merci.

Je rentre, je téléphone à l'inspection pour prévenir que j'ai fait le chemin pour des prunes.

On est désolé. On s'excuse. On m'a téléphoné pour me prévenir mais je n'ai pas répondu. Eh non, je ne réponds pas au téléphone quand je conduis, je devrais peut-être. On me conseille de boire un café et de rester au chaud.

Alors, je bois une tisane dans la classe vide. Je vous écris cette bafouille en attendant midi. Je ne veux pas prendre la route sur mes horaires de service, s'il m'arrive un pépin, je ne serai pas assurée.

Posté par Berthoise à 14:07 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Aléa de la vie professionnelle d'une remplaçante en milieu rural.

    ça c'est très rageant!!
    il m'arrive ce genre de choses( pas sous la neige ! heureusement!) quand il y a absence de la classe où je dois intervenir ( enseignant non remplacé) et que personne ne me prévient: je me déplace pour rien avec tout mon matos ...GRRRR!
    quand je fais la remarque, mi-figue mi raisin , on me répond " ah oui! zut alors..., on n'a plus pensé à toi ..." c'est bien plaisant n'est-ce pas!!
    N'attrape pas froid !

    Posté par croukougnouche, vendredi 7 décembre 2012 à 14:47 | | Répondre
    • Je suis rentrée ce midi et je reste au chaud, comme on me l'a dit ( chez moi), cet après-midi.

      Posté par Berthoise, vendredi 7 décembre 2012 à 16:42 | | Répondre
  • Avoir pris des risques pour se retrouver dans une classe toute seule !! y'a de quoi s'énerver !! heureusement que tu as le net
    Cet après-midi je devais garder ma petite fille mais depuis ce matin il n'arrête pas de neiger, les routes nationales sont bien dégagées mais pas les autres donc ma fille n'a pas osé s'aventurer en voiture. Je suis déçue !!

    Posté par brigou, vendredi 7 décembre 2012 à 14:57 | | Répondre
    • Non, non, la connexion était mauvaise, j'ai écrit la-bas mais j'ai posté ici.
      Dis-donc, si les montagnards n'osent pas s'aventurer ça doit être quelque chose.

      Posté par Berthoise, vendredi 7 décembre 2012 à 16:41 | | Répondre
  • Je constate avec plaisir que c'est aussi bien organisé chez vous que chez nous

    Posté par Walrus, vendredi 7 décembre 2012 à 15:18 | | Répondre
    • Oui, le temps de neige en campagne, c'est toujours très bizarre. Tout et n'importe quoi deviennent possible.

      Posté par Berthoise, vendredi 7 décembre 2012 à 16:59 | | Répondre
  • Koa ? Tu ne réponds pas au téléphone tandis que tu conduis sur des routes enneigées ou betteravées qui plus est, mais m'enfin Berthoise ;-D J'ironisais, m'enfin t'avais compris, Sandrine c'est l'extérieur qui est gelé par le cerveau de Berthoise, m'enfin.

    En France on est des pro pour l'organisation du désordre Walrus, mais pas du désordre ordonné ;-D

    Posté par sandrine, vendredi 7 décembre 2012 à 16:03 | | Répondre
    • Ben, ce qu'ils ont gagné, c'est que je tire ma flemme cet après-midi. Tant pis, tant mieux, c'est comme ça.

      Posté par Berthoise, vendredi 7 décembre 2012 à 16:37 | | Répondre
  • Ah j'ai mis une heure dix pour amener le dernier à l'école. ici le sel il ne connaisse pas, ni rien d'ailleurs; Et on ne connaîtra pas il commence à moins (mais vraiment moins) chauffer les gymnases...

    Posté par caro_carito, vendredi 7 décembre 2012 à 16:27 | | Répondre
    • Pas que les gymnases, les classes aussi. Crois-moi, j’arrive parfois dans des endroits où je n'ai pas les clefs pour monter le chauffage et où je me caille et les gamins avec, vraiment.

      Posté par Berthoise, vendredi 7 décembre 2012 à 16:36 | | Répondre
  • pas l'ombre d'une excuse je suppose ...
    ici pas de chauffage il a fallu faire livrer le fuel et attendre avant de rallumer (bobo portefeuille ! )

    Posté par zigmund, vendredi 7 décembre 2012 à 18:35 | | Répondre
    • Et moi j'en ai marre d'avoir froid .Je sais, on est début décembre. Mais j'en ai marre quand même.

      Posté par Berthoise, samedi 8 décembre 2012 à 08:19 | | Répondre
  • J'ai fait pareil au moins deux fois (55 km). Une fois, j'ai demandé au proviseur de me ramener chez moi ! Il n'a pas voulu.

    Posté par joye, vendredi 7 décembre 2012 à 18:54 | | Répondre
  • Tu m'en voudras si je te dis que je trouve le procédé un peu cavalier....

    Posté par heure-bleue, vendredi 7 décembre 2012 à 21:41 | | Répondre
    • Qu'est-ce que tu trouves cavalier ? m'envoyer braver les routes enneigées, fermer l'école ou me donner mon après-midi.

      Posté par Berthoise, samedi 8 décembre 2012 à 08:22 | | Répondre
  • Finalement, tu as bouffé ton forfait, suivi les directives d'un chef, pas eu de classe au bout du chemin, usé du pétrole, on t'a enjointe de contrevenir à la loi, tu as finalement dépensé du temps et de l'argent alors que tu étais censée en gagner...
    Travailler plus pour gagner moins, c'est le changement, c'est maintenant...

    Posté par le-gout-des-autr, vendredi 7 décembre 2012 à 21:47 | | Répondre
    • C'est un raccourci très parlant. Mais c'est ça ; tu as raison.

      Posté par Berthoise, samedi 8 décembre 2012 à 08:24 | | Répondre
  • Toucheras-tu au moins tes frais de déplacement ?

    Posté par teb, samedi 8 décembre 2012 à 11:08 | | Répondre
  • le beau métier que voilà...

    Posté par merecastor, samedi 8 décembre 2012 à 12:15 | | Répondre
  • quelquefois.

    Posté par merecastor, samedi 8 décembre 2012 à 12:16 | | Répondre
    • Des fois oui, des fois non. C'est comme ça.

      Posté par Berthoise, samedi 8 décembre 2012 à 20:56 | | Répondre
  • ça, c'est fort, comme histoire!
    ici qu'une école ferme, c'est absolument impensable (d'ailleurs la loi nous y oblige, même s'il y a la grève il faut accueilir les élèves)
    mais dans la région du Puy-en-Velay, où vit mon frère, ça arrive régulièrement qu'à cause du mauvais temps on dise aux enfants de rester chez eux (ou que le bus ne passe pas)
    la prochaine fois, avant de démarrer, tu téléphones à l'école pour vérifier

    Posté par Blogadrienne, samedi 8 décembre 2012 à 16:38 | | Répondre
    • Vos instits habitent sur place ?
      Parce que sinon, comment faire ? Là, le bus n'est pas passé par arrêté préfectoral.

      Posté par Berthoise, samedi 8 décembre 2012 à 20:58 | | Répondre
  • Dans la série des ubuesqueries de l'administration, un hiver passé, une collègue et néanmoins amie partit courageusement braver la neige sur des routes glissantes,un peu comme toi. Arrivée à l'école, elle reçoit un coup de fil de l'inspection qui lui dit que l'inspecteur NE POURRA PAS VENIR l'inspecter à cause de LA NEIGE! Personne s'est demandé comment elle avait fait, elle, pour être là et répondre au téléphone...
    Ubuesque, je te dis.

    Posté par celestine T, samedi 8 décembre 2012 à 18:15 | | Répondre
  • Je n'en veux pas aux gens de l'inspection.Mais j'ai eu l'impression de perdre mon temps. J'aurais certainement été plus utile à l'école du bourg où je pouvais aller à pied.

    Posté par Berthoise, samedi 8 décembre 2012 à 21:00 | | Répondre
  • Ca m'est arrivé aussi... J'avais prévenu de mon retard... J'avais bravé le verglas, les congères... J'avais mis deux heures pour effectuer les quinze kilomètres et quand je suis arrivée à 9h30, il n'y avait personne et une pancarte sur la porte "pas d'école aujourd'hui"... C'était aussi une classe unique... Et comme le dit Adrienne, on ne peut pas fermer les écoles mais cette fois-là, même les parents n'étaient pas partis au boulot... A l'impossible, nul n'est tenu...

    Posté par tilleul, samedi 8 décembre 2012 à 23:14 | | Répondre
    • Ah, ben voilà.
      Quand on peut pas, on peut pas.
      Mais ici, on est aussi très dépendant des transporteurs scolaires, puisque les enfants sont ramassés par des cars, quand les cars ne passent pas, souvent il n'y a pas classe.

      Posté par Berthoise, dimanche 9 décembre 2012 à 08:52 | | Répondre
  • Seule dans une école, cela doit faire une drôle d'impression... En tout cas, ce n'est pas évident de se déplacer avec ses routes enneigées.

    Posté par seringat, samedi 8 décembre 2012 à 23:47 | | Répondre
    • Ça m'arrive assez souvent d'être seule dans une école. Dans ce coin de Vexin , il y a encore des classes uniques.
      Et ne me parle pas de " être ou avoir", ce n'est pas toujours le paradis.

      Posté par Berthoise, dimanche 9 décembre 2012 à 08:54 | | Répondre
  • Pourquoi bois tu une tisane alors qu'on t'a conseillé un café ? Serait-ce un acte de rébellion ?

    Posté par Cristophe, jeudi 27 décembre 2012 à 20:13 | | Répondre
    • Jamais de café !
      Jamais. J'ai horreur du café et les fois où j'en ai bu, ça ma rendue malade. Jamais de café.
      Et oui, je sais être rebelle à mes heures.

      Posté par Berthoise, vendredi 28 décembre 2012 à 09:13 | | Répondre
Nouveau commentaire