jeudi 11 juin 2015

Réflexions du soir, bonsoir

Où l'on apprend que le père de Colette Magny était capitaine de gendarmerie en Bourgogne.

Il a fait chaud. Vous avez vu ? La classe l'était un poil trop pour moi. On a donné à boire aux enfants en rentrant. Mais l'après-midi fut bonne. Courte et bonne. Alors je suis allée rendre des livres à une copine. Quand je l'ai appelée, elle était encore en classe. Mon après-midi si courte m'avait fait oublier que d'autres travaillaient encore.

C'est un des côtés très chiants de cette réforme. Chaque école a un horaire, une répartition des heures de cours différente. Ce qui fait que dans une école on peut finir à 15h15 certains jours quand dans le bled d'à côté, on bosse jusqu'à 17h tous les jours sauf le mardi, où on ne bosse que le matin comme le mercredi.

En tant que remplaçante, j'ai la liste de toutes les écoles où je suis susceptible de travailler avec leurs horaires. J'ai même le nom de chaque collègue avec le niveau de classe et l'effectif. Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne, mais globalement les effectifs sont de plus en plus chargés. Des CP-CE1 à 28-30, y'en a, et tout le monde trouve ça normal sauf la pauvre instit' qui se tarte la galère pendant toute l'année. Il y a aussi et c'est très rare des cours simples à 20 et ça c'est le pied. Pour tout le monde. Les gamins qui ont droit à l'attention du prof, le prof nettement plus détendu cela va sans dire.

Pourquoi cette description, parce que je pense qu'il y a une volonté délibérée de notre ministère de casser l'école publique ; en pondant des programmes irréalistes qui nous obligent à soupoudrer le savoir ; en blindant les classes, ce qui génère des problèmes de discipline ; en donnant tous les pouvoirs aux parents, ce qui nous fragilise tant sur le plan de la discipline que dans la pédagogie.

J'aime bien les proverbes et je trouve que celui-ci résume assez bien la situation de l'école publique : " Qui veut noyer son chien, l'accuse d'avoir la rage."

 IMG_3389

À part ça, il fait beau et chaud, la campagne est luxuriante et parfumée. J'adore cette saison.

Posté par Berthoise à 20:37 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Réflexions du soir, bonsoir

    hélas, je vois très bien le rapport avec le proverbe...
    et comme tu dis, on va un peu se consoler avec les clématites et l'odeur des foins

    Posté par Adrienne, jeudi 11 juin 2015 à 21:18 | | Répondre
  • On le voit bien, l'effet pervers : les écoles privées ne sont pas obligées d'appliquer la réforme. On voit donc un glissement des élèves du public vers le privé. Du coup, fermeture de postes et en avant Guingamp. Le chien a la rage et le serpent se pord la queue...

    Posté par celestine T, jeudi 11 juin 2015 à 22:55 | | Répondre
    • C'est assez affolant de voir tous ces enfants partir, et souvent on perd des élèves-moteurs. Et les classes ferment. Dans les campagnes, les maires ne veulent plus d'école dans leur commune, trop de frais pour la cantine et le périscolaire.
      Allez, c'est le printemps.

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 20:45 | | Répondre
  • Se "mord" évidemment...

    Posté par celestine T, jeudi 11 juin 2015 à 22:58 | | Répondre
    • Évidemment.
      🎷🎸🎹🎺🎻🎼🎶

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 21:06 | | Répondre
  • Coïncidence, mon aimée-aimante et moi avons écouté dans la soirée "Les tuileries" par Colette Magny.

    Existe t-il encore un service public qu'on ne fait pas mourir ?

    Posté par Cristophe, jeudi 11 juin 2015 à 23:21 | | Répondre
    • j'aime beaucoup la voix de Colette Magny.

      Je ne sais pas répondre à ta question.

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 20:47 | | Répondre
  • Fait un temps superbe.
    Bon, Heure-Bleue s'arracherait la peau pour avoir moins chaud mais ça me va.
    (les deux me vont...)
    Quant à la réforme, tout ce que Merveille y a gagné, c'est qu'elle est obligée de se lever tous les jours assez tôt et que les activités du vendredi après-midi n'existent pas faute de crédit.
    Donc c'est préau...
    Ça, c'est une réforme pensée !

    Posté par le_gout_des_aut, vendredi 12 juin 2015 à 07:53 | | Répondre
    • Et c'est comme ça, dans plein d'écoles. Bénéfice pour les gosses, difficile à voir. Au départ j'étais plutôt partante pour travailler 5 matins, mais quand je vois ce qu'on propose aux gamins comme activités, je suis désabusée.

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 20:50 | | Répondre
  • Toutes mes copines qui bossent dans le privé appliquent les temps périscolaires
    Concernant l'intrusion des parents dans les écoles , c'est comme partout , je pense que si l'équipe , soutenue par la direction est claire , elle ne sera pas envahie
    les parents ont peur pour leurs enfants , il suffit de les mettre en confiance et redire la place de chacun , faut pas se faire des noeuds et c'est valable pour tous les milieux , crèches , services hospitaliers , centres de loisirs
    chacun son métier !
    il a fait chaud ici aussi .. là , la pluie nous rafraichit

    Posté par Jeanne, vendredi 12 juin 2015 à 10:18 | | Répondre
    • Redire la place de chacun, c'est bien là que le bât blesse car les places ne sont plus clairement définies. on est dans un flou que permet aux malfaisants de nuire.

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 20:58 | | Répondre
  • J'adore Colette Magny, ça n'a pas du être simple d'avoir un père gendarme.
    On casse l'école, la SS, les retraites.
    On monte les retraités contre les actifs, je supprimerais volontiers l'ENA, j'en ai connu, ils n'ont aucun sens pratique..

    Posté par heure-bleue, vendredi 12 juin 2015 à 11:04 | | Répondre
    • Attends c'était son grand-père, sûrement plus facile .
      Je crois que les gens qui nous gouvernent n'ont aucun sens commun, ni sens pratique. Ils sont en dehors de la vie du commun des mortels.

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 21:03 | | Répondre
  • ''je pense qu'il y a une volonté délibérée de notre ministère ***** de gauche ****** de casser l'école publique"
    On est bien d'accord que, sous la droite, ce serait pareil. Oui, mais parfois certaines choses sont plus douloureuses selon d'où elles viennent...
    Ma soeur étant directrice d'une école maternelle, je vous lis avec intérêt !

    Posté par Acanthe, vendredi 12 juin 2015 à 15:19 | | Répondre
    • Bonjour Acanthe
      Oui la potion est d'autant plus amère qu'elle nous est administrée par ceux en qui on avait mis nos espoirs.

      Posté par Berthoise, vendredi 12 juin 2015 à 21:05 | | Répondre
Nouveau commentaire