samedi 5 septembre 2015

J'ai emménagé Poulette

Je me faisais un sang d'encre. Toute cette semaine, je me suis rongé les sangs avec cette histoire d'emménagement. Parce que voilà, il était convenu que sa copine loue un camion et qu'elles se débrouillent toutes seules, comme des adultes qu'elles sont. Parce qu'elles sont adultes, n'est-ce pas. Mais rien ne va jamais comme on le souhaite en ce bas monde : Poulette toute adulte qu'elle est a encore une carte de paiement bloquée qui ne lui permet pas de réserver un camion. Alors, elle a téléphoné à maman, c'est à dire moi, catastrophée, pour demander de l'aide. Et moi, bonne poire, j'ai dit que je louerai le camion, et que je le conduirai. Ce que j'ai fait. J'ai loué le camion et après je me suis mis la rate au court-bouillon. Conduire un camion, bon, ça va, ça ne me fait pas peur, mais conduire un camion dans Paris, trouver à se garer tout près du kot, ça c'est une autre paire de manches. C'est bien simple, j'en ai fait des cauchemars quand j'arrivais à dormir, sinon je faisais des insomnies.

Ce matin, à 5h30, je tournais et retournais dans mon lit en me raisonnant : " Inutile de partir maintenant, le loueur n'est pas ouvert." J'avais tellement hâte que ce truc soit fini que j'aurais voulu qu'il commence plus vite.

À 8h15 j'étais devant le magasin qui ouvrait à 8h30, le camion n'était pas à l'endroit habituel mais au fond d'une réserve, ça commençait mal. Quand j'ai voulu démarrer après "l'état des lieux" ( je suis très branchée appart' en ce moment, du coup ça se ressent sur mon vocabulaire), j'étais incapable de faire bouger l'engin, je ne trouvais pas le frein à main. J'ai couru, oui-oui, je sais courir, mettez-moi une paire de baskets, vous verrez, je cours, j'ai donc couru après le bonhomme pour qu'il me dise où était ce p👹tain de frein à main. J'ai quitté le parking à 8h50. À 10h10, j'étais chez la copine, où nous avons chargé le bazar avec l'aide du Jules de la copine qui a des gros bras. Poulette et sa copine sont montées dans le camion avec moi, en route pour la maison pour un déchargement partiel, le Grand voulant récupérer ce dont sa sœur n'avait plus besoin, à savoir frigo, table, commode etc. On est reparties à 11h et on est arrivées à la maison à 12h10. J'ai rentré le bahut en marche arrière par le portail, étroit portail, du jardin. On a descendu le frigo, la table, la commode, etc et on a ajouté à la cargaison quelques menues bricoles que Poulette voulait prendre : piano ( électrique, je vous rassure), valises et sacs de fringues. On a mangé, mon mari avait eu la riche idée d'acheter un poulet roti tout chaud pour le repas. On est reparties vers 13h15. On était à Paris à 14h25. Garé en double file dans la rue de Poulette qui est en sens unique, la rue, pas Poulette. À 14h 50, j'effectuais un magnifique créneau, devant les yeux éblouis de Poulette et ses copines qui pour marquer leur enthousiasme ont fait la olla sur le trottoir. 15h30 de nouveau au volant pour un retour seule et à vide. Ouf ! J'ai rendu le gros cul, je parle du véhicule bien sûr, pas de moi, à 17h pétantes, heureuse que toute cette histoire soit finie. 320 kilomètres. Vous voulez que je vous dise : je suis rincée.

Et la semaine prochaine, on recommence. Pour le Grand, cette fois, qui a trouvé un logis, loin très loin, là-bas, là où il bosse.

Posté par Berthoise à 21:36 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur J'ai emménagé Poulette

    Et là, tu y vas en hélicoptère ?

    Posté par Walrus, samedi 5 septembre 2015 à 22:03 | | Répondre
    • merci Walrus, je n'avais pas encore beaucoup ri aujourd'hui, merci merci

      Posté par Adrienne, samedi 5 septembre 2015 à 22:59 | | Répondre
      • Adrienne, c'est pas beau d'encourager ses petits camarades à faire du mauvais esprit.

        Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 09:16 | | Répondre
    • Walrus, je sens que tu te moques. Et c'est pas gentil. Non, pas gentil du tout.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 09:15 | | Répondre
  • Madame Berthoise : Mieux que les Déménageurs bretons !

    Bravo pour tout !

    Posté par Joe Krapov, samedi 5 septembre 2015 à 22:03 | | Répondre
    • Merci, ton admiration me va droit au cœur.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 09:14 | | Répondre
  • tu es incroyable
    et ton exilé de l'amour, il ne connaît pas mieux Paris que toi, pour s'y rendre en camion?
    franchement, je te relis, tu es trop forte!!!

    Posté par Adrienne, samedi 5 septembre 2015 à 22:58 | | Répondre
    • Il n'aime déjà pas conduire une voiture ( tu sais, ancien parisien, a passé le meris justement pour s'exiler pour cause d'amour à 40 ans ).

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 09:14 | | Répondre
      • "( tu sais, ancien parisien, a passé le meris justement pour s'exiler pour cause d'amour à 40 ans )."

        A te lire, je vois qu'il te fait toujours un sacré effet...

        Posté par le_gout_des_aut, dimanche 6 septembre 2015 à 21:45 | | Répondre
        • Tu ne serais pas, toi aussi, en train de te moquer de moi ?

          Posté par Berthoise, lundi 7 septembre 2015 à 07:58 | | Répondre
  • Bravo Berthoise !! Tu m'épates !
    Et ton prochain voyage pour ton Grand va être un plaisir j'en suis sûre 😉

    Posté par Brigou, dimanche 6 septembre 2015 à 08:29 | | Répondre
    • C'est vrai, je suis épatante.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 09:12 | | Répondre
  • Alors, il est où, ce frein à main ?

    Posté par le_gout_des_aut, dimanche 6 septembre 2015 à 08:50 | | Répondre
    • À gauche, entre la portière et le siège conducteur.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 09:12 | | Répondre
  • J'ai adoré.
    Tu aurais du appeler ton billet : "Bref, j'ai déménagé Poulette" en référence à l'excellente série éponyme...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, dimanche 6 septembre 2015 à 09:38 | | Répondre
    • C'est ça, en bref !

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 19:58 | | Répondre
  • Mission accomplie, tu vas recommencer pour le grand où il part vraiment très loin ?

    Posté par heure-bleue, dimanche 6 septembre 2015 à 09:48 | | Répondre
    • IL n'a pas encore signé pour l'appart', on verra dans le semaine.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 20:00 | | Répondre
  • un dimanche , y'aurait eu moins de monde non ?
    c'est la "corvée" de pas mal de parents ça
    on a fait , mais nos deux étudiants sont en coloc ou studio meublé maintenant
    c'est cool!
    ta poulette a encore besoin de maman poule , et toi , malgré le stress et l'appréhension , t'y vas !

    Posté par Jeanne, dimanche 6 septembre 2015 à 10:16 | | Répondre
    • Louer le camion pour le WE coute plus cher que le louer pour la journée, et Poulette n'est pas très riche.
      Le Grand est resté longtemps en meublé, il a hâte d'être vraiment chez lui.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 20:02 | | Répondre
  • ce qui m'épate le plus, c"est la marche arrière par le portail, et le créneau
    Avec un engin que tu conduis pour la première fois
    Oui ça m'épate vraiment!!

    Posté par Coumarine, dimanche 6 septembre 2015 à 10:34 | | Répondre
    • Et oui, je suis très forte.

      Posté par Berthoise, dimanche 6 septembre 2015 à 20:02 | | Répondre
  • Chapeau et bravo Berthoise, je serais sans doute incapable d'en faire autant (mis à part cauchemars et insomnies)

    Posté par la Mère Castor, dimanche 6 septembre 2015 à 21:03 | | Répondre
    • Pour passer une mauvaise nuit, je suis championne aussi.

      Posté par Berthoise, lundi 7 septembre 2015 à 07:59 | | Répondre
Nouveau commentaire