dimanche 17 avril 2016

Oberkampf, soupir

J'en pinçais pour lui. Mais oui, j'avais le béguin. Il était grand, il avait des yeux très bleus, de l'or dans les mains et aussi dans les cheveux. Il était lyonnais, et je l'avais rejoint dans l'appartement de canut qu'il habitait. C'est à cette occasion que j'avais pu me rendre compte de ses divers dons. (Voir ce billet , et celui-là)
Et puis, il fut parisien. Il était accessoiriste à l'Odéon. Il m'avait trouvé une place pour assister à ...quoi ? je n'en ai plus la moindre idée et puis après la pièce on avait pris le bus, savoir lequel, ça aussi j'ai oublié, j'ai oublié s'il y avait des changements. J'ai oublié les détails. Ce dont je me souviens c'est que nous nous étions bécottés allègrement.
J'étais montée. À l'époque je montais facilement.


Et puis, on ne s'est plus plu. Enfin, je crois que c'est moi qui ne lui aie plus plu. C'est pas grave, c'est la vie. J'ai pleuré un peu, faut ce qui faut et puis, je suis passée à un autre.

Mais quand j'ai lu ce billet chez le Goût, je n'ai pu retenir un soupir.

 

Posté par Berthoise à 18:13 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Oberkampf, soupir

    Toi aussi tu commences à regarder par dessus ton épaule ?
    Aller va, je te ferai soupirer mardi.
    Un commentaire de Sophie" m'a dicté mon billet.

    Posté par le_gout_des_aut, dimanche 17 avril 2016 à 19:05 | | Répondre
  • Tiens, j'avais pas le moral ce soir, et tu m'as fait passer le coup de blues...
    Il faudra que je dise un jour...
    J'attends mardi avec impatience.....

    Posté par Sophie, dimanche 17 avril 2016 à 20:30 | | Répondre
  • je suis toujours sidérée (et admirative et souriante) quand je lis cette sorte de billets chez toi
    heureusement que tu existes!

    Posté par Adrienne, dimanche 17 avril 2016 à 21:16 | | Répondre
  • Le Goût et toi avez un point commun le soupir facile.

    Posté par heure-bleue, dimanche 17 avril 2016 à 21:39 | | Répondre
  • Comme Adrienne j'aime lire ce genre de texte où le sourire me vient de suite !

    Posté par Brigou, lundi 18 avril 2016 à 08:06 | | Répondre
  • Je suis allée lire tes billets lyonnais... Nous avons, à ce qu'il me semble, quelques points communs. J'ai rencontré en Italie un groupe de lyonnais et j'ai gardé pendant des années des relations amicales (un peu plus avec le frère de mon amie qui avait tout du pâtre grec). C'était pas très romantique comme adresse, la rue Delandine derrière Perrache, mais en descendant sur la Côte, c'était halte obligée ....

    Posté par Sophie, lundi 18 avril 2016 à 10:12 | | Répondre
  • Je n'ai "connu" d'Oberkampf que la rue branchouille.

    Posté par Cristophe, mardi 19 avril 2016 à 11:51 | | Répondre
  • Des détails, des détails, des détails... En fait, avec le Goût, on prend vite de mauvaises habitudes

    Posté par Livfourmi, mardi 19 avril 2016 à 12:39 | | Répondre
  • C'est quand même scandaleux qu'on ne fasse pas mention de tout cela ici :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe-Philippe_Oberkampf

    Non ?

    J'ai encore tout faux ?

    Posté par Joe Krapov, mardi 19 avril 2016 à 17:08 | | Répondre
  • Comme toujours, un beau billet Berthoise ! J'espère que ton dos va mieux ?!

    Posté par Acanthe, mercredi 20 avril 2016 à 20:41 | | Répondre
  • Me plaisent bien tes souvenirs lyonnais !

    Posté par Brin de broc, samedi 23 avril 2016 à 19:20 | | Répondre
Nouveau commentaire