samedi 30 avril 2016

Marché de printemps

Autres Communes - Delcampe.fr

Je suis descendue au bourg. Il y avait une vente de fleurs sur la place. Et la commune offrait un sac de terreau à chaque foyer.
Il y avait donc quelques horticulteurs du coin et des stands de producteurs locaux. Un cidrier avec ses pommes et ses bouteilles de cidre, je lui ai acheté 1 kilo de petites pommes, un brasseur qui fait une bière bio tout à fait honorable, j'en ai pris deux petites bouteilles, un type qui fait du fromage, à lui je n'ai rien pris, et il y avait aussi les cressonniers de Fay les étangs.

Photo0516 1.60€ la botte, il faut en vendre pour gagner son bifteck. Ils ont tous les deux 80 ans. Et leur exploitation ne sera pas reprise. Déjà, ils ont beaucoup diminué la surface. Elle n'est pas sûre de venir à la foire à tout de septembre. " À nos âges, on ne peut pas prévoir. "  Elle me disait aussi que le village avait changé. Tous ces gens qui partent le matin pour travailler, elle ne connait plus personne.
Avant quand les volets restaient fermés chez un vieux, on s'inquiétait, on toquait au volet pour prendre des nouvelles. Si on meurt, me dit-elle, personne ne s'en apercevra.
Je l'ai trouvée bien triste et lui ai dit qu'on se reverrait en septembre pour la brocante.

 

Une vieille chanson de Juliette pour illustrer le propos.

Posté par Berthoise à 19:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Marché de printemps

    Et puis, Carrouf est si pratique.
    C'est déjà tout cuit, tout assaisonné.
    Après on a juste à jeter le carton.
    Bon ce n'est pas aussi bon, il y a plein de trucs inutiles voire dangereux mais qui rendent la fabrication si facile.
    Après faut faire surveiller son cholestérol et sa tension parce que c'est trop salé, trop sucré..
    Mais après tout, foskifo hein...

    Posté par le_gout_des_aut, dimanche 1 mai 2016 à 09:30 | | Répondre
    • Ça demande du temps et de l'énergie de cuisiner.
      Quand tu rentres du boulot à 20 heures, faut que ça aille vite.

      Posté par Berthoise, dimanche 1 mai 2016 à 18:04 | | Répondre
  • Remercie moi de cette giclée d'optimiste...

    Posté par le_gout_des_aut, dimanche 1 mai 2016 à 09:30 | | Répondre
    • C'est le soleil qui te rend mororse ?

      Posté par Berthoise, dimanche 1 mai 2016 à 19:35 | | Répondre
  • j'ai l'impression qu'il y a un léger retour vers ce genre de pratiques, vente directe du producteur au consommateur... mais malheureusement, le discount du coin pratique des prix imbattables...
    (je dis bien: léger et je n'ai ni statistiques, ni boule de cristal...)

    Posté par adrienne, dimanche 1 mai 2016 à 10:37 | | Répondre
    • À Gisors, le vendredi, il y a beaucoup de petits producteurs qui viennent vendre : volailles,œufs, Neufchâtel, crème, et des maraîchers. C'est bien sympa, mais souvent le vendredi, je bosse. La semaine prochaine, je pourrai y aller, chouette !

      Posté par Berthoise, dimanche 1 mai 2016 à 18:02 | | Répondre
  • J'apprends un mot, les cressonniers sont les producteurs de cresson? J'ignorais que le mot existait.

    Posté par Livfourmi, dimanche 1 mai 2016 à 17:17 | | Répondre
  • Toi aussi tu aimes Juliette ! je suis allée l'écouter. Elle est drôle et pleine de talent.
    Il me semble qu'en Auvergne, on dit aussi "cressonnièr"...

    Posté par lakevio, lundi 2 mai 2016 à 10:37 | | Répondre
    • J'aime beaucoup Juliette, mais je ne l'ai jamais vue en concert.

      Posté par Berthoise, lundi 2 mai 2016 à 19:17 | | Répondre
Nouveau commentaire