samedi 19 novembre 2016

1 an

Ça a commencé comme ça. Enfin, je crois. Est-ce utile de remonter plus loin ? Peut-être mais on verra plus tard.

En octobre 2015, j'avais mal au cul. Oui au cul, je parle comme ça. Je ne pouvais pas rester assise. Le coccyx me transperçait. Impossible d'être sur une chaise plus d'1/2 heure. J'ai fini par en parler à la toubib en novembre. Elle m'a envoyée chez une ostéopathe que j'ai vue trois fois. Sans résultat. " Toutes vos charnières vertébrales sont très abimées." Bon, je savais que mon dos n'allait pas très bien mais me l'entendre dire ne m'a pas beaucoup plu.

J'ai acheté des coussins spéciaux, évidés pour que le coccyx n'appuie plus. J'en ai mis un dans la voiture, un dans la cuisine, un dans le bureau devant l'ordi. J'ai pris l'habitude de rester debout. Je me suis de moins en moins assise et j'ai été de plus en plus fatiguée.

J'ai décidé de perdre du poids, j'étais en léger surpoids, dans la zone d'embonpoint. C'est ce qu'il faut faire quand on a mal au dos, maigrir. Tout le monde le dit. Je me suis fait aider par l'hypnose.

Fin janvier, j'ai eu un lumbago terrible après avoir éternué dans mon lit. L'IRM fait en urgence annonce une hernie avec conflit radiculaire S1 ( c'est très technique ). En gros en pour faire simple, la hernie va titiller la branche du nerf sciatique qui passe par le talon. Je suis arrêtée quelques jours puis c'est les vacances, je me remets avec force AINS. Je porte une ceinture lombostatique en permanence. La toubib m'envoie chez un rhumato pour infiltrations car les médocs soulagent un peu l'inflammation mais ne la stoppe pas. Elle me prescrit une cure. Nous choisissons Dax.

1 ère infiltration : avril, ça va mieux mais ça ne dure pas.

2 ème infiltration : mai, c'est magique, je revis, ça dure 5 semaines. Et puis j'ai de nouveau mal. Je suis de nouveau arrêtée. Je reprends des AINS.

3 ème infiltration : début juillet, ouf les vacances. je vais de mieux en mieux, je me refais la cerise.

Je revois le rhumato début septembre. Tout va bien. Au revoir Monsieur.

Septembre, je bosse. Je fatigue. J'ai de nouveau mal au cul et de nouveau je ne m'assois plus. Je fatigue de plus en plus. La sciatique S1 me chatouille dans la journée. Quand je me couche, elle serre bien. On va voir un autre ostéopathe. Il me dit que je suis mal en point. Je sens bien que ça déconne dur. Je vais à la piscine pour bien m'étirer. C'est bon, la piscine pour le dos, tout le monde le dit. Je vais chez la kiné pour me faire masser. Elle me masse longuement la fesse. Je n'en sors pas soulagée du tout.

Deux jours après, un dimanche matin, en déposant une paire de chaussettes ( c'est vachement lourd, une paire de chaussetes, ne vous baissez jamais avec une paire de chaussettes dans les mains ) sur le lit, un spasme part de ma fesse pour arriver jusqu'à la cheville. C'est dimanche, je me repose. Le lundi, je pars bosser. Mon mari est furieux. Il a raison, la journée est très difficile, je suis obligée de m'étendre le midi. La douleur augmente au fil des heures. Le lendemain, la toubib m'arrête. ELle me dit que je dois faire une déclaration en qualité de travailleur handicapé pour pouvoir travailler moins. J'ai du mal à tenir sur ma jambe qui n'est que douleur. J'ai une canne ( Jeanne ). Les calmants prescrits ne font aucun effet. Je souffre le martyr. Je ne dors plus du tout. On double les doses. Ça me soulage à peine. Je ne tiens plus debout. Je cherche toutes les techniques pour me soulager : la poche de chaud, le tapis de fakir. L'hypnothérapeute me fait un enregistrement à me passer quand ça va trop mal. Ça m'apaise sur le moment. Tout est bon pour trouver un moment de repos. Je suis tellement shootée que je perds sans cesse l'équilibre ( ça doit être les médocs ). On hésite à partir à Dax. Et puis, on se décide.

Le médecin de cure en me voyant arriver est bien emmerdé. En crise. Il est emmerdé aussi parce le trajet de la sciatique que je peux mieux décrire maintenant, je pourrais même le dessiner sur ma jambe, il part de la fesse pour arriver au gros orteil, le trajet ne correspond pas à la hernie de l'IRM. Je ne sens plus mon pied, je ne relève plus mes orteils. Je ne peux pas marcher sur les talons. Je descends difficilement les marches. C'est une sciatique L5.

La cure me fait du bien, c'est une cure light, mais elle me fait beaucoup de bien. J'ai moins mal. Et comme j'ai moins mal, je peux mieux me rendre compte des dégâts. La perte d'équilibre persiste et pourtant j'ai beaucoup baissé les morphiniques.

À la visite de fin de cure, le toubib m'annonce le diagnostique " scialique déficitaire L5". Je ne dois pas reprendre le boulot. La rééducation peut être très longue, voire incertaine. Il parle comme ça, l'air de rien, d'invalidité. Il change mon traitement : cortisone à dose de cheval.

On rentre. Je retourne voir ma toubib. Nouvel IRM, on cherche une hernie en L5 pour explique la paralysie des muscles releveurs du pied. Pas de nouvelle hernie. C'est musculaire. C'est un muscle qui a lésé le nerf. Le muscle piriforme ? ( ça , c'est le diagnotique maison de docteur internet )

Chic ! pas de chirurgie du rachis, dit la toubib. Oui mais il faut quand même comprendre pourquoi je suis dans cet état.

Je cherche un nouveau rhumato, j'ai une confiance très limitée dans le premier que j'ai vu.

Galère, galère. C'est le parcours du combattant. J'appelle les cabinets, les hôpitaux. Je prends tout ce qu'on me donne, en me disant que j'annulerai si je trouve un RV dans un délai correct.

Voilà, j'en suis là. 

1 an.   1 an de douleurs, à bouffer des saloperies, à porter un lombostat du matin au soir. Je suis au régime sans sel-sans sucre. Ah, je ne suis plus en surpoids croyez-moi. Je baisse la cortisone mais je ne dors que très peu, j'ai toujours ma canne car je manque toujours d'équilibre. C'est fou ce que ces petits muscles de rien du tout sont importants pour marcher droit. J'ai retrouvé la sensibilité au niveau du pied. C'est bon signe, c'est que le nerf se reconstruit. J'attends le feu vert pour commencer la rééducation. On repart à Dax en juillet, s'il n'y a pas d'opération d'ici là.

Allez, vous avez été gentils, vous avez lu jusqu'au bout. Voici votre récompense : une chanson d'un monsieur que je découvre.

Posté par Berthoise à 16:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur 1 an

    bien sûr q'on lit jusqu'au bout.
    Ohlala Berthoise, quel parcours... et quelles 'patience et longueur de temps' pour soigner ces choses-là.
    Le nerf se reconstruit, là vraiment je dis ouf!
    des bises

    Posté par Adrienne, samedi 19 novembre 2016 à 16:48 | | Répondre
  • je souhaite de rencontrer bien très tôt le médecin qui va vraiment vous aider.
    je vous embrasse

    Posté par Anne, samedi 19 novembre 2016 à 17:07 | | Répondre
  • Ce que je trouve fou, c'est que tu doives faire les démarches toute seule. On te trouve une urgence et c'est à toi de démener pour avoir un rendez-vous chez un spécialiste qui, par définition, est injoignable. Mais qu'est-ce que c'est que cette manière de procéder. Je trouve cela hallucinant.

    Posté par Livfourmi, samedi 19 novembre 2016 à 17:28 | | Répondre
  • Hé bé, c'est le parcours du combattant durant cette dernière année.
    Moi la cortisone me fait gonfler de partout.
    Je ne sais pas comment tu fais pour voir aussi loin qu'une prochaine cure à Dax....

    En tous les cas, tu m'as fait bien rire avec ton premier paragraphe : j'ai eu un épisode comme ça il y a trois ans et tout le monde me regardait de travers quand je refusais de rester assise ! Je me tenais debout accoudée sur un fauteuil à haut dossier et faisais régulièrement sonner ma télé-alarme en m'appuyant. Ça m'arrive encore.

    Posté par Sophie, samedi 19 novembre 2016 à 17:30 | | Répondre
  • Bon, je ne recommence pas mon com qui s'est envolé : à mon avis il n'était pas bon !!!!

    Posté par Sophie, samedi 19 novembre 2016 à 17:31 | | Répondre
    • mince il es revenu tt seul !!!

      Posté par Sophie, samedi 19 novembre 2016 à 17:32 | | Répondre
  • Oui j'ai appris ça il y a peu de temps, que les nerfs se reconstruisent...
    On ne peut pas en dire autant des autres parties du corps ^^
    Tu sais qu'en te lisant j'avais des picotements dans la cuisse ? je ressentais de la douleur à te lire.

    Tiens un site amusant (pas de quoi se rouler par terre, mais assez marrant)
    Le choix de certains prénoms sont assez incroyables

    http://laworldcoolture.blogspot.fr/2016/04/lart-contemporain-du-choix-du-prenom-de.html

    Bisous ma belle, courage !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    PS j'aime bien ta découverte musicale.

    Posté par celestine T, samedi 19 novembre 2016 à 17:41 | | Répondre
    • oh dis donc ce lien! qu'est-ce que j'ai rigolé!
      (mais quel malheur pour certains de ces enfants...)
      merci Célestine pour ce morceau d'anthologie (on dirait que c'est de mal en pis année après année)

      Posté par Adrienne, samedi 19 novembre 2016 à 18:55 | | Répondre
  • Lourd à endurer, lourd à taire, alors je ne suis pas certaine que tu aies moins mal à l'écrire mais le cas échéant je lis. Jusqu'au bout pour sûr !
    Dans une autre vie j'avais une confiance un peu sur dimensionnée en la médecine, je suis aujourd'hui un peu plus perplexe...
    Des bécots, juste ce qu'il faut.

    Posté par Brin de broc, samedi 19 novembre 2016 à 17:49 | | Répondre
  • Sept mois que ma belle fille va de neurologue en neurologue, elle va à la Salpét, on lui fait des piqures de botox dans le pied, elle a moins mal.
    Tu ne veux pas essayer le même hosto, c'est le meilleur, enfin c'est ce qu'on dit.
    Je t'embrasse Berthoise.

    Posté par heure-bleue, samedi 19 novembre 2016 à 18:29 | | Répondre
  • Un parcours de douleur intense comme ça c'est terrible .......tu es très courageuse je trouve.
    Je compatis d'autant plus que je me reconnais dans le port quotidien du lombostat, l'achat du coussin spécial ....et autres......je te parlais ostéo parce que c'est la seule chose qui me soulage mais "ça ne tient pas longtemps" alors il faut recommencer souvent ......et j'ai 70 ans !!!
    Avant de parler travailleur handicapé et invalidité, pourquoi ne fais tu pas dans l'immédiat une demande de congé de longue maladie ? ça te permettrait de voir venir .........plus sereinement !
    Allez je croise les doigts pour que la reconstruction du nerf passe à la vitesse supérieure ! je t'embrasse !

    Posté par colettemoi, samedi 19 novembre 2016 à 19:06 | | Répondre
  • C'est ça qui est incroyable : les médecins (j'allais dire les médicastres) disposent aujourd'hui d'un arsenal de moyens d'examen impressionnant et ultra performant et ils sont aussi efficaces dans la pose d'un diagnostic que le docteur Knock qui lui au moins faisait la distinction entre le chatouillis et le grat(t)ouillis...
    Courage ma belle et bons baisers de Bruxelles (où, si ça peut te consoler, l'obtention d'un rendez-vous avec un spécialiste relève aussi souvent du parcours du combattant).

    Posté par Walrus, samedi 19 novembre 2016 à 19:24 | | Répondre
  • il est de chez moi ton petit gars chantant...Courage ! (j'ai tout lu, c'est... ça fait très mal pour toi) bisous bisous.

    Posté par merecastor, samedi 19 novembre 2016 à 19:28 | | Répondre
  • J'ai lu jusqu'au bout et je vois bien de quoi ça parle.
    Et assez curieusement ça n'a rien à voir avec le mal qui te frappe.
    C'est là (http://le-gout-des-autres.blogspirit.com/archive/2006/10/12/alphachymotrypsine.html)
    que le type de l'hosto m'a appris exactement de quoi il retournait, pourquoi ça faisait ça (pareil que pour toi) et que toutes les tentatives s'étaient soldées par un échec...
    Mais il est possible qu'une action mécanique pour dégager la contrainte de ton nerf sciatique soit envisageable.
    Je le souhaite de tout cœur.

    Posté par le_gout_des_aut, samedi 19 novembre 2016 à 21:38 | | Répondre
  • Evidemment qu'on te lit jusqu'au bout !
    Tu croyais quoi ?
    Qu'on s'en foutait ?
    Ben non, on attendait de te voir pour aller traîner.

    Posté par le_gout_des_aut, dimanche 20 novembre 2016 à 08:53 | | Répondre
  • Ah ben dis donc, ma Berthoise, tu tiens tes promesses, toi ! La dose est tout sauf homéopathique !

    Posté par Joe Krapov, dimanche 20 novembre 2016 à 20:18 | | Répondre
  • Hé bien ma pauvre....(lili plume)

    Posté par Anguillette, mardi 22 novembre 2016 à 20:11 | | Répondre
Nouveau commentaire