mercredi 5 avril 2017

Comme une sœur

photo de la ville de Beauvais

Je suis allée avec ma mère et mes neveux à la Maladrerie Saint Lazare. C'était important pour elle, c'est là que sa mère, Tatine, est née en 1913. C'était une ferme, et mes arrières grands parents Mémé et Mayen y travaillaient.
Elle m'a raconté que Mémé avait eu 9 enfants." Des dons de Dieu". Il fallait prendre ce qui venait, il n'y avait de toute façon pas moyen de faire autrement. 3 sont morts avant leurs 7 ans.
Mémé avait une soeur qui, elle, la pauvrette, ne pouvait pas avoir d'enfants. Aussi, à la naissance du septième, elle avait répondu au faire-part annonçant l'arrivée de Tante Vonne ( une Yvonne, Adrienne ) : " C'est bien, tu travailles pour Poincaré. "

Mémé ne lui a jamais pardonné. Elles ne se sont plus reparlées.

Posté par Berthoise à 19:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Comme une sœur

    Ah, ces brouilles de famille !

    Posté par Walrus, mercredi 5 avril 2017 à 20:59 | | Répondre
  • parfois il suffit d'un mot
    (aujourd'hui chez Walrus c'est le mot terrible, c'est pour ça)
    je suppose qu'avant ce mot malheureux, il y aura eu d'autres choses qui se sont passées...
    bel endroit, en tout cas!

    Posté par Adrienne, mercredi 5 avril 2017 à 21:54 | | Répondre
  • A ton titre, j'ai pensé à la chanson de Brassens... Rien à voir !
    Sacré destin que celui de mémé..
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, jeudi 6 avril 2017 à 00:48 | | Répondre
  • Que veux tu, il y en a comme ça.
    Des qui ont la jalousie féroce et d'autres la rancune tenace.

    Au fait, penseras-tu à m'envoyer ton 06 ?
    Je l'ai perdu pile poil au moment où s'est envolé mon smartphone...

    Posté par le_gout_des_aut, jeudi 6 avril 2017 à 09:13 | | Répondre
  • Elles avaient la rancune tenace dans ta famille.

    Posté par heure bleue, jeudi 6 avril 2017 à 10:33 | | Répondre
  • C'est un très bel endroit que tu nous montres là.
    Quant aux brouilles de famille... Ca doit être une grande souffrance de ne pas avoir d'enfants quand on en veut et d'en avoir plus que le raisonnable quand on aimerait peut être en avoir moins. Et deux soeurs ne sont pas obligées de s'entendre après tout.

    Posté par merecastor, vendredi 7 avril 2017 à 09:06 | | Répondre
  • Bel endroit, en effet.
    Et toutes ces brouilles, quel dommage!

    Posté par livfourmi, vendredi 7 avril 2017 à 11:17 | | Répondre
  • Mon épaule me fait mal normalement, en revanche ma hanche me promet des lendemains qui déchantent.

    Posté par heure bleue, samedi 8 avril 2017 à 09:55 | | Répondre
  • Ca ne rigolait pas en ce temps là !
    Sous Poincaré.
    Et sous Cicéron non plus.
    Mwarf !

    J'ai pensé comme Célestine en lisant le titre. Ca m'a permis de revoir le Manu Dièse des B Car avec qui je vais jouer aux échecs ce soir !

    https://www.youtube.com/watch?v=aHmLssR1q0o

    Posté par Joe Krapov, mercredi 12 avril 2017 à 17:50 | | Répondre
Nouveau commentaire