dimanche 27 avril 2008

Melle Courteneau

Il y a des gens qui dès qu'on les rencontre, vous évoquent des animaux. Je ne parle pas de ces promeneurs de chiens qui par amour, par manque d'imagination ou par bête mimétisme, semblent vouloir ressembler à leur compagnon. Non, je parle de gens qui vous font croire à la métempsychose.

Melle Courteneau, la bibliothécaire, était une poule, oui, une poule. Pas une femme sensuelle, légère et un peu grasse qui appelle à la volupté, et que ces messieurs d'il y a longtemps nommaient une poule. Une vraie poule.

Elle avait le regard fixe et bougeait la tête brusquement avec les petits mouvements secs. Le cou long et ridé soutenait une indéfrisable d'un blond dit vénitien par la boîte de Réjécolor et qui virait immanquablement au roux pisseux. Frileuse et toujours emmitouflée dans un lainage à grosses mailles, elle paraissait se nicher dans ses plumes ébouriffées. Au dessus de ses mocassins et sous son éternelle jupe plissée, ses jambes maigres tricotaient des pas incertains. Les collants glissaient et faisaient aux chevilles comme les écailles des pattes.

Melle Courteneau était une poule.

Quand elle vous regardait en inclinant soudain la tête, et qu'elle répétait :" La cote, avez-vous indiqué la cote ?", vous preniez bien garde à ne pas vous tortiller, de peur qu'elle ne vous prenne pour un ver appétissant. La bouche pincée sur des dents qui n'avaient pas connu les joies de l'orthodontie et qui auraient pu la faire passer pour une perfide britannique, elle avançait la tête pour vérifier la fiche que vous posiez devant elle. Les mains osseuses, à la peau un peu sèche, aux doigts déformés par les rhumatismes, griffaient le comptoir pour agripper  le papier.

Jacqueline Courteneau s'appelait Melle Courteneau et jamais personne n'aurait eu l'idée saugrenue de la surnommer Jacquotte, Jackie, ou même Line, cela aurait supposé une affection qu'elle était bien loin de provoquer.

Melle Courteneau était peureuse. S'adresser au public de la bibliothèque représentait un tel effort qu'elle ne pouvait prononcer que des phrases courtes, énoncées sèchement d'une voix qui manquait de miel.

Pourquoi avait-elle choisi un métier qui la mettait au contact de nombreuses personnes?

Bêtement, elle avait cru que la bibliothèque était un univers fermé et préservé qui la garderait loin du tumulte de la ville et de ses dangers, tel un poulailler protège ses pensionnaires des vilains renards. Mais maintenant qu'elle ne pouvait plus courir des piles de livres dans les bras et surtout grimper aux échelles pour atteindre les plus hauts rayons, elle était condamnée à rester derrière le comptoir et à transmettre à l'archiviste les fiches de demande d'ouvrages spécifiques.

Aussi, quand Melle Bille, une habituée qu'elle avait vu grandir puis vieillir, venait à la recherche de quelque rare volume, elle se redressait sur ses ergots et tenait à vérifier la fiche. C'est qu'elle la connaissait, Melle Bille, une journaleuse à l'humour bizarre. Elle savait bien que c'était elle, la coupable de tours pendables qui, même après toutes ces années, ne la faisaient toujours pas rire.

Elle avait peur de ses traits caustiques, elle craignait ses demandes étranges, et croyait, pauvre cul serré qu'elle était, que Melle Bille la persécutait.

Par maigre vengeance, Melle Courteneau retardait le moment de  transmettre à Melle Bille ce qu'elle avait demandé, elle n'avait pas compris que c'était le plus sûr moyen de la revoir le lendemain. Elle avait confié ses craintes concernant cette lectrice assidue à l'archiviste qui régnait au sous-sol. Il l'avait patiemment écoutée pérorer sur les prétendus méfaits de Melle Bille. Puis, il avait ri et l'avait renvoyée à la surface en lui disant de ne pas s'inquiéter.

C'est qu'il connaissait la vérité sur l'identité de Melle Bille, car si Melle Courteneau était une poule, Melle Bille était une Végasienne mutante protéiforme chargée par ses congénères de tester la résistance des humains à l'humeur moqueuse et l'appétit des habitants de Véga.

Il semblerait que le tempérament morose et l'esprit borné de Melle Courteneau aient définitivement poussé les Végasiens à renoncer à envahir la Terre. Eux, qui n'aiment rien tant que la bravoure, les bons mots et la franche rigolade, devant le rapport catastrophé de Melle Bille sur le  nature de certains humains,  s'en sont allés ailleurs porter leur rêve de monde meilleur et de poularde Marengo. Mais par une facétie digne de Véga, ils n'ont pas jugé utile de prévenir Melle Bille de leur changement de projets. Elle continue donc à hanter certains lieux ,dont la bibliothèque, en étudiant les différents spécimens de la race humaine et en cherchant inlassablement ce qui pourrait  convaincre ses congénères à s'installer ici. On la peut voir aussi sur la toile, essayant de faire passer ses rapports pour Véga pour des billets d'humeur.

Seuls quelques esprits éclairés, comme l'archiviste, ont su décrypter les messages et ainsi connaître la vérité sur Melle Bille.


Posté par Berthoise à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Melle Courteneau

Nouveau commentaire