c'est du tout venant

lundi 14 mai 2018

Ville sonnante, puante et trébuchante : Beauvais

Photo1183

Photo1185

Photo1186

Photo1195

Photo1189

Photo1199

Photo1202

Photo1208

Photo1209

Photo1210

Nous partons demain pour Dax. Nous rentrerons autour du 10 juin. D'ici là, je ne pense pas être très présente ici.
Prenez soin de vous.

À bientôt.

Posté par Berthoise à 14:14 - Commentaires [10] - Permalien [#]


mardi 8 mai 2018

Au jardin

Dans le jardin, il n'y a pas que les plantations de mon mari.

Photo1166Il n'y a pas que les arbres fleuris.

Photo1169

Photo1170

Il n'y pas que mes essais de semis. Essais concluants, isn't it ?

Photo1164Il y a un carré d'orties.
Des orties bien fraîches, jeunes et bio.

Photo1167

Il est des outils indispensables pour apprécier les vertus de l'ortie.

Photo1162

On arrache les jeunes tiges avant la floraison. Attention à ne pas confondre ortie et lamier blanc. L'ortie fleurit vert en petits grans sur la sommité.

Photo1163On lave les feuilles toujours avec les gants, on les essore.

Photo1172On ajoute quelques légumes, binjes, carottes, oignons nouveaux. On fait cuire dans 1,5 litre d'eau avec 2 bouillons cubes pendant 20 minutes à l'autocuiseur. On plonge le pied à soupe, ça va plus vite qu'avec le presse-purée.

Photo1175Ce n'est pas un temps à soupe ?
Foutaise, un potage se consomme en toute saison.

 

Posté par Berthoise à 13:58 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 1 mai 2018

Que d'eau !

Photo1139

Photo1134

Photo1135

Photo1146

Photo1147

Photo1149

Photo1150

Photo1145

 

Photo1144

Que d'eau, et de pluie, de neige et de vent. Comme si on avait besoin de ça pour faire ploc-ploc.
Hier, il a fait un temps épouvantable. Il a tant venté qu'un des rosiers a versé. Celui qui donne des roses thé si parfumées. Je l'ai redressé, j'espère qu'au moins pour cette année, il tiendra jusqu'à la floraison. Après, je le taillerai en croisant les doigts pour qu'il reprenne. Je ferai très attention parce que croiser les doigts avec un sécateur à la main, ça peut être dangereux.
S'il décide que non, je ne lui en voudrai pas, il est vieux, il a le droit d'être fatigué, mais je le regretterai.

Photo1132

Posté par Berthoise à 15:37 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 30 avril 2018

Un tableau , une histoire : Travailleuse, travailleur

Yuri-Bosko-a-working-woman-circa-1960

Yuri Bosko

Travailleuse, travailleur, on vous ment, on vous spolie.

Souvent, je suis allée à la fête de LO à Presles à la Pentecôte. Et j'ai écouté Arlette. Et j'ai chanté l'Internationale le poing levé.

"Debout ! les damnés de la terre !
Debout ! les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !"

J'y ai tenu des stands, j'avais une copine dont la sœur et le frère étaient d'acharnés militants, alors on avait, en plus de payer l'entrée, le droit de bosser. Mais c'était drôle. Je me souviens avoir demandé aux gens leurs jetons ( pas d'argent du capital sur la fête de LO) pour leur faire repasser des robes de poupées. Ça marchait, j'avais du bagout et du culot. C'était pas dans le contrat, mais je trouvais ça tellement drôle d'haranguer les badauds pour ce truc si absurde. On s'appelait " copain, copine ", pas camarade. Faut pas confondre.
On dormait à 4 dans une petite canadienne, dans la boue et les vapeurs d'herbe et d'alcool. Je n'ai jamais connu la fête de LO sous le soleil, ou j'ai oublié. On s'est toujours cogné la pluie. Mais on riait et pas qu'à cause des cigarettes qui font rire. On y a vu Renaud, Anne Sylvestre, Paul Personne ( non, lui c'est au printemps de Bourges) et d'autres que j'ai oubliés. Ah oui, un truc qui s'appelait TchoukTchouk Nougâh avec François Rollin.

 

J'y ai mangé une salade lyonnaise et une cervelle de canut. Un délice. Est-ce là que j'ai chopé le virus lyonnais qui m'a donné la fièvre pendant quelques années, plus tard ?

Quand j'ai rencontré mon mari, il y allait, lui aussi, pour jouer aux échecs. Il y avait toujours un grand maître qui faisait des simultanées. Et jouer contre un grand maître, même pour prendre une déculottée, ça n'a pas de prix. On y est allés une fois ensemble.

Je crois que je ne suis pas retournée à Presles depuis la naissance des enfants et le grand vient d'avoir 27 ans. Mais il m'arrive encore de chanter l'Internationale, le poing levé. Elle me fait monter les larmes aux yeux, je suis très émotive, ce n'est pas un secret.

 

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 20 avril 2018

Personne

Le Goût évoquait la beauté de la cuisine de Monet. C'est vrai qu'elle est magnifique et la salle à manger aussi.

IMG_5625

IMG_5626

IMG_5633

IMG_5634

IMG_5631

IMG_5636

IMG_5637

Sophie se plaignait d'avoir du suivre un parcours dans la maison. Ici, vous le voyez personne. Je n'ai pas viré la foule pour faire les photos, non, il n'y avait personne.

IMG_5641

 

Posté par Berthoise à 19:08 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :


jeudi 19 avril 2018

La vague, Monet et le printemps

La semaine dernière, une bonne copine, que dis-je une amie est venue me voir( Soumarine pour les "anciens"). Je l'ai emmenée à Giverny qu'elle ne connaissais pas.

IMG_5607

IMG_5608

Les jardins n'étaient pas très fleuris, il est encore tôt en saison. Dommage, mais l'avantage et il est de taille, c'est qu'il n'y avait pas beaucoup de monde. On a pu rester dans les pièces, prendre les photos qu'on voulait, admirer la déco, les estampes, tout.

IMG_5613

IMG_5617

IMG_5621

Après, on a vu l'expo " Le japonisme". Superbe expo. Encore une fois, pas trop de monde. Il faisait un temps idéal pour une telle journée.

IMG_5680

IMG_5681

IMG_5701

IMG_5703

En rentrant, j'ai voulu m'essayer moi aussi au japonisme. Je me suis penchée sur la vague d'Hokusai.

La Grande Vague de Kanagawa

vag1

Posté par Berthoise à 10:02 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 16 avril 2018

Conf' musicale (bis)

Je ne veux plus être assise à côté de la vieille qui ronfle. Jambes écartées, tête renversée, bouche ouverte, elle ronfle.
Quand la musique s'emballe, et chez Ravel, la musique s'emballe souvent, elle sursaute, ouvre les yeux, se redresse un peu. Mais très vite, elle replonge dans le sommeil.

Ravel, c'est pas follement gai. Il est souvent en colère.

Il y a des subtilités de musicologue qui m'échappent. Comme dans le concerto " Anti", celui en sol majeur, où je ne sais pas faire la différence dans le rôle du piano avec un autre concerto. Mais, on s'en fout.

Maman était contente que je l'accompagne. On se pelait dans la salle du centreQ, mais elle était contente.

Scan

Posté par Berthoise à 17:42 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

samedi 14 avril 2018

Prévert, Dusquesne, de Gaulle

IMG_5431

IMG_5432

IMG_5540

IMG_5539

Quartier libre

J’ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l’oiseau sur la tête
Alors
on ne salue plus
a demandé le commandant
Non
on ne salue plus
a répondu l’oiseau
Ah bon
excusez moi je croyais qu’on saluait
a dit le commandant
Vous êtes tout excusé tout le monde peut se tromper
a dit l’oiseau.

 

 

En ces temps où souffle un vent belligérant, je me surprends à relire ce poème de Prévert. J'aimerais que dans le bleu du ciel, on ne voit que des oiseaux à plumes et non ces oiseaux de mort qu'on appelle " missiles".

 

Posté par Berthoise à 16:21 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 avril 2018

Ça m'agace mais pas que...

Un des effets secondaires du médoc que je prends occasionne des troubles de l'humeur.
Étant au naturel un peu soupe au lait je vous laisse imaginer...
C'est pas toujours. Heureusement. Mais par moment, tout m'horripile. La gentillesse et les bons sentiments m'agacent. La violence et les descriptions pseudo-poétiques m'agacent. La connerie m'agace. Mon mari m'agace. Les inconnus m'agacent. Même moi, je m'agace toute seule, c'est dire.

Pourtant, il fait beau. Le printemps est doux aujourd'hui. Doux comme je l'aime.
On est allés se balader le long de la Troësne, je voulais entendre les grenouilles. Au printemps, les grenouilles chantent et c'est un plaisir qu'il ne faut pas rater.

GrenouilleChaumont050606_8362photo YMC

À Gisors, ils ont rouvert le passage du Monarque qui mène de la rue de Vienne au château. On aime bien monter au château, faire le tour de la cour. J'espère qu'un jour, on pourra de nouveau grimper en haut du donjon. ( Enfin pour les autres, parce que pour moi, je crois que c'est mort.)

Photo1068

Photo1075

Photo1080

L'autre jour, en se baladant au parc ( un autre, pas celui qui nous conduit au marché ), on a vu un macht de foot. Moi, je n'ai pas regardé, le foot m'emmerde, mais ça les joueurs ne le savaient pas. Le ballon est arrivé dans mes pieds à cause d'une sortie. Ils voulaient peut-être me faire jouer et m'apprendre la joie de ce sport. Je n'ai pas été fichue de leur renvoyer correctement le ballon.
C'est pas grave, on s'en fout. Mais ça m'a fait rire.

Photo1044

Poulette chante. Avec des musicos. Elle va se produire dans des bars et un restau accompagnée au piano.
Elle m'a dit qu'elle avait choisi une chanson de Nino en pensant à moi. Et elle va ajouter aussi celle-ci d'Higelin que j'aime aussi. Aussi.

 

Sur ce, je vous laisse, j'ai de la musique à écouter.

Posté par Berthoise à 17:44 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 7 avril 2018

Au pied d'une fleur des champs.... et des larmes plein les yeux.

Aura-t-il les hommages de la nation ? J'en doute.

Je n'ai pas aimé mes années lycée. Mais lui, oui, je l'aimais.

 

Je l'ai vu en spectacle au moins 5 fois. Des jours fabuleux et puis des jours sans. Il était ivre et ne faisait pas le job. Je ne lui en veux pas. Il faut savoir pardonner leurs excès à ses amis.

Autant Johnny me laissait indifférente : pas ma génération, pas ma culture. Rien. Autant Jacques me touchait.

Photo1022

Posté par Berthoise à 10:38 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 4 avril 2018

Zone : fleurs et portraits

Photo1024

Photo1026

Photo1066En course, ce matin, j'ai acheté des géraniums zonals. Encore. Comme tous les ans. Je renouvelle. J'ai des pots qui ne supportent pas l'hivernage un peu rude que je leur fais subir. Ça permet de changer les couleurs.

IMG_4897

Posté par Berthoise à 14:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 31 mars 2018

fait pas chaud.

 

Photo1028

Photo1029

Photo1030

Photo1031

Bientôt, il fera beau et il y aura de fleurs plein les jardins. En attendant cet heureux jour, je vais les voir dans les jardineries.

Posté par Berthoise à 16:16 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 mars 2018

Trévignon, vers le sud.

IMG_5468

IMG_5559

IMG_5585

Posté par Berthoise à 15:44 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

mardi 27 mars 2018

Trévignon face nord.

IMG_5464

IMG_5467

IMG_5575

Posté par Berthoise à 10:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 23 mars 2018

Dans les dunes de Trévignon

IMG_5558

IMG_5561

IMG_5563

IMG_5566

 

Posté par Berthoise à 20:41 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 19 mars 2018

Un tableau, un histoire de Lakévio : cent pour sang chaud

 

Cent pour sans...

french maid pas un jour sans fessee

 

Centième devoir, chers amis !

 

Saurez-vous raconter une petite historiette sur ce tableau coquin,

en cent mots exactement, pas un de plus, pas un de moins ?...

 

Pour assouvir une de ses envies.

J'ai joué les soubrettes en goguette,

J'ai porté des dentelles jolies,

Me suis amusée comme une follette.

 

Je maniais le plumeau,

Me baissais pour astiquer.

Il regardait le coquin tableau

Qui semblait l'émoustiller.

 

J'eus le geste attendu

D'ôter ma culotte blanche.

Et je plantai mon petit cul

Sous son nez de vieille branche.

 

Il fut tellement excité,

Qu'il en perdit son sang froid.

Il plaqua un chaud baiser.

Il mit mon corps en émoi.

 

La suite, vous la devinez

Inutile de tourner autour du pot.

Vérifiez si vous voulez,

La grivoiserie a cent mots.

 

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 27 février 2018

Légèreté

C'est décidé, on part samedi. En Bretagne, à Concarneau. Autant faire simple. On y restera une semaine.
Il fera moins froid qu'ici et pour la lumière, on est assuré d'en avoir plus.
J'aurai des devoirs. Je dois tenir un journal quotidien des douleurs, de leur intensité, des facteurs déclenchants, et des moyens que je mets en place pour la contenir, pour me soulager. C'est le psy du centre de la douleur qui me le demande. Je l'ai revu ce matin. Je lui rends mon pensum le 12. Je suis sortie de l'entretien légèrement confuse et un rien chamboulée. Mais cet après-midi, après la balnéo, je me sens bien. Et ça c'est juste extraordinaire. J'ai partagé mes plaintes. Alors je vous fais part-part de ce moment de bien-être. Durera, durera pas, m'en fous, c'est toujours ça de pris.

L'autre jour, le ciel était très bleu. Il y avait juste quelques nuages, très hauts, là-haut, on aurait dit des plumes légères. C'était beau.
En Bretagne, je vais remplir ma besace de jolis ciels, et ma panse de crêpes. Je suis contente.

IMG_5371Vu "L'apparition "

Lu " Hyckz"

Posté par Berthoise à 17:53 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 24 février 2018

Brr, grrr, plouf !

Il fait un froid de gueux. Je ne suis pas très originale en disant ça. Mais les banalités ont du vrai. Qu'est-ce qu'on se caille !

Je peine sur mon roman " Dans l'ombre". C'est pas que c'est pas bien, c'est bien, mais je rame. Après, je lirai les " Brèves de métro " de Poupoune. Je les ai reçues aujourd'hui. Vous parler d'elle m'a donné envie de les lire ou les relire pour certaines car je crois qu'elle les avait publiées dans son blog.

Une amie devait venir passer le WE avec nous, elle a décommandé. Malade.

Vendredi, j'irai à Paris avec une amie, celle de Beaubourg l'autre jour. Elle fait du pastel dans un atelier avec un prof. " L'art du Pastel de Degas à Redon", devrait lui plaire.

Demain nous irons peut-être au cinéma ou à la piscine. Ça dépendra de moi. Dure journée. Une humeur de chien, sans vouloir vexer Jackie. Hier aussi, c'était dur. Mais j'étais moins hargneuse. Ou irritable, ce serait plus juste. Vous voyez la nuance. Hargneux, on cherche, irritable on ne supporte pas. C'est différent. Aujourd'hui, j'étais irritable. Et fatiguée. J'ai fini par aller me coucher.

Demain, si tout va bien, nous irons voir " La forme de l'eau" ou bien nous irons à la piscine. De toute façon, ce sera aquatique.

Vendredi, dans la salle d'attente de ma généraliste, j'ai croisé un ancien élève et sa mère. J'ai été catastrophée. Pas parce qu'il a fait mine de ne pas me reconnaître, je ne suis pas inoubliable, non. Il avait 13 ans. Il doit en avoir 17 ou 18. Il était déjà grand et fort, si grand et si fort qu'il lui était difficile de se bouger. Il est devenu...je ne trouve pas de qualificatif. Il m'a fait peur. Sa vie est en danger, c'est terrible.

J'ai donc vu ma toubib. Encore des examens. L'histoire de mettre un nom sur ce qui me mine ( maladie de Lyme, fibromyalgie ?). Douleurs diffuses, non expliquées par les images, grande fatigue, sommeil perturbé, troubles de l'humeur, vous voyez le tableau. Je devais reprendre mi-mai, elle demande une prolongation.

Posté par Berthoise à 21:08 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 19 février 2018

Un tableau, une histoire de Lakévio : Le mélomane

couloumy annefrancoise 5

 Anne-Françoise Couloumy

 

"Il ne faut jamais éclaircir le mystère. De toute façon, un écrivain ne le pourrait pas. Et même s'il cherche à l'éclaircir de manière méticuleuse, il ne fait que le renforcer.

Patrick Modiano

 

 

N'ayez pas peur !

Je ne demande pas une dissertation en trois paragraphes sur la citation de Modiano !

Mais simplement d'écrire, à partir de la toile du jour, une histoire un peu, beaucoup, passionnément ...

ONIRIQUE ETRANGEMYSTÉRIEUSE...

 

Et le mystère s'épaissit... jusqu'à lundi !

---------------------------------------------

Flore avait emménagé, dans un nouveau quartier. Au 5ème sans ascenseur, et elle laissait un tiers de sa pauvre paie pour 15m2 ( loi Carrez). Alors, je grimpais. Ça me faisait les jambes. Au troisième, j'avais souvent un coup de mou. Je ralentissais l'ascension et reprenais mon souffle sur le palier. Il y avait toujours de la musique, au troisième à sa nouvelle adresse. J'appelle ça musique, car je suis un peu mélomane, d'aucun dirait qu'il y avait toujours du bruit au troisième.  Mais c'était un bruit mélodieux, entêtant, hypnotique. Je suis mélomane, vous dis-je. J'aimais bien ce bruit.

Un jour, je lui en avais parlé, en me rhabillant, après notre petit 5 à 7 hebdomadaire. Elle avait soulevé une paupière et m'avait regardé étonnée. Puis elle avait laissé retomber et la paupière et la tête sur l'oreiller.

- De la musique ? Au troisième ? Mon pauvre Edgar, tu as encore abusé du chichon. Y'a que des vieux au troisième. Et une espèce de vieille chouette. Et crois-moi, ils n'ont pas des tronches à écouter de la musique.

Je n'avais pas insisté. Pourtant, ce n'était pas de la musique de vieux que j'avais entendue. Je sais reconnaître, je suis mélomane. Mais je n'avais pas envie de contrarier Flore au saut du lit. Nos petits arrangements me convenaient parfaitement et elle était plutôt belliqueuse quand venait le moment de se séparer.

Avec l'entraînement, semaine après semaine, je grimpais les étages plus facilement mais je faisais toujours une pause au troisième plus par agrément que par nécessité. Je me serais bien installé là, accoudé à la rampe, pour fumer un clope en écoutant la musique. J'avais fini par repérer de quelle porte venait la mélodie. J'espérais qu'un jour elle s'ouvrirait et que je pourrais apercevoir ce que cachait cette antre magique. J'avais regardé le nom : " Molpé". J'avais toqué à la porte. J'avais fini par glisser un mot dans la porte avec mon 06,
Aucune réponse.
J'avais bien essayé de remettre le sujet sur le tapis, mais Flore, elle avait préféré remettre le couvert en me faisant taire d'un baiser prometteur.

Et puis, je m'étais lassé. Flore devenait de plus en plus exigeante. Elle voulait revoir les termes du contrat que je croyais avoir conclu avec elle. Elle rêvait de vie commune, de pot au feu partagé, de mélanger ses culottes et mes caleçons. Moi, ça ne me plaisait qu'à moitié, cette histoire de vivre à la colle. J'aimais ma liberté. J'avais pourtant continué à venir la voir chaque semaine, le jeudi, comme avant. Mais c'était plus pour la musique du 3ème que pour les agaceries de Flore.

Ce qui devait arriver arriva, Flore, qui n'avait pas les deux pieds dans la même pantoufle, dégotta un kot plus spacieux et moins cher pour déposer ses pénates. Une vraie chambre, avec une autre pièce et un coin cuisine, un luxe qu'on pourrait partager à deux, disait-elle. J'étais au pied du mur. Il fallait que je me décide. J'ai dit non, moins pour fuir Flore, qui avait de sacrés bons côtés que pour ne pas perdre le délice musical du troisième. J'ai loué son ancien gourbi sous les toits. J'ai fini par ne plus aller au turbin. Par ne plus sortir. Pour de rien perdre de la musique. Je suis mélomane.

 

 

 

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 17 février 2018

énième épisode

J'ai vu la chir. Longtemps. Les images de février disent des choses différentes de celles de septembre. C'est toujours le binz, mais pas aux mêmes endroits. Une hernie s'est envolée, une autre est apparue. Et toujours le même constat, les douleurs ne correspondent pas aux lésions.

Conclusion : on attend. Nouvel examen en août, nouvelle consultation en septembre, je continue la rééducation, et les médocs. On fait le point dans 6 mois.

L'opération qu'elle effectuerait aujourd'hui, serait différente de celle qu'elle aurait faite en septembre. Et de toute façon, elle ne garantit rien pour les douleurs. Alors...

Alors, cette histoire est un running gag.

Sinon, vous avez vu, il y a du soleil et de la lumière et ça c'est chouette.

Le 14, vu " Le retour du héros"

Posté par Berthoise à 13:03 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,