c'est du tout venant

mercredi 18 janvier 2017

Inspiration

belinda del pesco

Belinda del Pesco

La Chanson Des Vieux Amants

Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d'amour, c'est l'amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l'eau
Et moi celui de la conquête

{Refrain:}
Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime

 

Mon mari et moi avons deux enfants. Il ne boit pas. Je l'appelle rarement " mon gros lapin".
Mais il est le soleil de ma vie. Même si parfois il fait brouillard.

 

Posté par Berthoise à 09:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 16 janvier 2017

Une image, une histoire de Lakévio : Ballade des amoureux de longue date

belinda del pesco

Belinda del Pesco

Évidemment, on s'est frité
Pour s'aimer si longtemps, faut être barjot
Tu as voulu partir une paire de fois
Je me suis tirée pareil, tout autant
Un canapé mais pas de couffin
Meuble notre carrée
Et ça soufflait fort par moment
On mettait tout sens dessus dessous
Tu picolais un peu trop
Et moi, je me laissais aller

{Refrain:}

Mais mon petit cœur
Mon gros lapin, mon chéri joli
Du matin au soir et du soir au matin
Tu es le soleil de ma vie

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 13 janvier 2017

Une semaine

J'ai commencé au CFR mardi après-midi. La kiné, l'ergothérapeute ont fait les bilans. Je suis allée macérer à la balnéo. Et je suis rentrée fourbue. Pourtant, je n'avais pas fait grand chose : marcher dans l'eau chaude.

Mercredi ont commencé les festivités. Dures, festivités. Les soins, les exercices sont fatigants. Mais, je vois du monde. Je relativise mes malheurs. Au CFR, il y a beaucoup de gens qui ont fait un AVC. Mon pied qui ne se rélève pas bien, c'est que dalle. Il y a aussi pas mal d'alcoolos. Comment , je le sais ? Personne ne me l'a dit mais c'est écrit dessus, ils ont le physique, la voix qui pue la boutanche. L'alcool fait des ravages et pas que sur la route. Et puis il y a quelques patients comme moi qui espèrent pouvoir échapper à une opération ou récupérer après quand ils n'ont pas pu l'éviter. J'ai conscience d'avoir beaucoup de chance de pouvoir bénéficier d'une telle prise en charge. Les soignants sont très gentils et ravis de pouvoir discuter.

Ma kiné est polonaise. Je ne la connaissais que de vue, mais bien. Car je la vois souvent, elle court, elle fait du vélo, et je l'ai croisée plusieurs fois à la piscine. Elle prépare un iron-man, une épreuve de triathlon, très dure. Elle s'est inscrite au marathon de New York. Elle est petite et toute menue. Elle aime bien la France, la langue, les gens, le climat.

Le préparateur sportif est grec. Il est bavard comme une pie. Il est en France depuis 3 ans. Il a épousé une française qu'il a rencontrée en Inde. Il aime bien la France mais pas trop le temps.

Dans les couloirs, on parle plein de langues différentes. Beaucoup viennent des pays de l'est. Même l'orthophoniste est roumaine.

Je me posais la question, n'y aurait-il pas un peu de dumping social dans cet hôpital ?

Posté par Berthoise à 19:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 11 janvier 2017

2016

Sur une idée de Colette.

 1001ème billet de ce blog.

IMG_3991

1er janvier, première balade dans le froid et la brume.(60)

Photo0460

28 février, " Le barbier de Séville " à Bastille avec Poulette.(75)

1481963503515_PART_1481963503397-1

6 mars, visite chez le Grand, loin, là-bas, en Champagne.(10)

IMG_4053

13 avril, à l'hôtel Baudy à Giverny, peu de fleurs.(27)

IMG_4058

1er mai, première foire-à-tout sous le soleil.(60)

IMG_4294

5 juin, faune et flore du jardin.(60)

IMG_4348

19 juillet, virée dans le Pays Basque.(64)

IMG_4526

12 août, prime à Cucuron.(84)

Photo0617

25 septembre, Saint Clair sur Epte, son traité, son martyr.(95)

IMG_4570

5 novembre, encore une église, une prof( voilée), rien de nouveau.(40)

Photo0677

22 décembre, carrousel de Noël.(60)

Posté par Berthoise à 07:55 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

lundi 9 janvier 2017

Un tableau, une histoire de Lakévio : Dans le bus

Dan Volenec - nobody-takes-buses-anymore

Dan Volenec

Il lui avait dit : Tu pars ?

Elle lui avait dit : Je pars.

Lui : Tu reviendras ?

Elle : Je ne sais pas.

Et maintenant, elle était là dans le bus, approchant du terminus, sans savoir où elle allait et si elle reviendrait. Elle regrettait déjà un peu. Sans doute. Peut-être. Non, c'était mieux ainsi. Un amour qui s'effiloche mieux vaut le détricoter que le voir partir en guenille. C'est plus facile pour nouer de nouvelles relations. Déjà ? Oui déjà. Elle n'allait pas rester comme ça, triste, seule et comme en dehors d'elle-même. Une nouvelle vie l'attendait ailleurs. Où ? Au bout du chemin, en route, au cœur de la ville, dans un port de passage, sur une île déserte, dans un trou perdu, loin, à deux pas.

Elle arrivait au terminus. Elle prendrait son sac qu'elle avait posé à ses pieds. Elle chercherait une chambre dans un hôtel pour la nuit, pour se mettre à l'abri avec ses questions, démêler le vrai du faux, trouver des réponses.

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]


vendredi 6 janvier 2017

On y va

Je venais justement de me dire qu'il fallait que je trouve quelque chose à vous raconter quand j'ai lu le commentaire de Goût me rappelant à mes devoirs de blogueuse.

Alors que vous dire ?

Ce matin, je faisais le constat que la vie d'inactive ne me valait rien. Quand je serai en retraite , ce sera différent, je crois, mon inactivité sera légitime. En ce moment, j'ai l'impression de tirer au flanc. C'est vrai, je ne suis pas malade, je boîte et jai mal au dos. Je dis ça tout en sachant très bien que je résisterais difficilement à une journée de classe. Voyez les idées qui m'occupent, c'est gai, enjoué, léger.

 

La vie de retraitée sans l'être, à la maison sans avoir le droit de faire grand chose, n'est pas passionnante. Par effet domino, je suis un poil suceptible et comme au billard à trois bandes, le résultat le plus évident est qu'on se pouille pas mal, mon mari et moi. Je suis mal en point soit, mais pas retournée en enfance pour autant et encore capable de faire les choses sans qu'on me dise de les faire. Ça m'agace et quand je suis agacée, je peste, je râle, je grogne.

 

J'ai la date d'admission au centre de rééducation. Je commence mardi. Donc, mardi après-midi, mercredi après-midi et vendredi après-midi, je serai occupée. Pendant 3 mois. C'est une très bonne chose.

 

Mon fils m'a offert pour Noël un coffret vidéo de " Sur écoute" une série policière déjà ancienne. Ancienne peut-être mais sacrément prenante. Je regarde en crochetant. Comme ça, j'ai moins l'impression de perdre mon temps. Il y a 65 épisodes d'une heure. J'ai le temps de faire un couvre-lit. Le générique est cette vieille chanson de Tom Waits que j'aime beaucoup. D'accord, c'est pas très olé-olé, mais franchement vous avez vu le temps. Comment avoir la tête au printemps quand il fait un froid de canard.

Posté par Berthoise à 17:56 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 1 janvier 2017

2017

Il fait gris, il fait froid. C'est de saison.

Je frissonne, ce n'est pas la grippe, c'est le manque de sommeil.

Mais tout cela ne m'empêche pas de vous souhaiter une douce année, une belle année pleine d'amour. Y'en a qui sont allergiques à ce genre de formules. Alors il faut que je me creuse la tête pour vous dire ça à ma sauce. Voilà, j'ai trouvé.....

Une année aux petits oignons.

Posté par Berthoise à 14:13 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 30 décembre 2016

Trucs, machins, bidules etc...

Je voulais dire un truc intelligent. Une réflexion sur l'actualité, je crois. J'ai oublié. Pas grave, vous vivrez très bien sans savoir.

Demain, je prépare un rôti de veau Orloff aux champignons avec des brocolis et une écrasée de pommes de terre. Ça devrait être bon. Ce matin, avec mon mari, on a briqué la maison pour recevoir dignement nos convives.

J'avance dans mes carrés. 28. J'en ai fait 28. Mon mari s'inquiète : Que vais-je donc en faire ?  Un plaid pour recouvrir mon fauteuil club dont le cuir craquelle. Il est pourtant récent, 4 ans, mais il est derrière une fenêtre orientée au sud et sans rideau. Le cuir n'aime pas le plein soleil. Je le cire pourtant de temps en temps. Alors, un plaid en coton le protégera peut-être.

La semaine prochaine, je n'aurai pas l'infiltration attendue. Il n'y a plus d'Altim dans les pharmacies. Depuis mi-novembre. Cette pénurie n'entraîne pas de risque vital, on ne meurt pas d'avoir mal au dos. S@nofi a ses labos en Chine ou en Inde, avec des problèmes récurrents de fabrication. Et puis des soucis à venir avec la Dép@kine. Bref, j'ai cherché dans toutes les officines des environs, pas d'Altim. Je vais rester avec mes douleurs.

 

 

Posté par Berthoise à 15:25 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 27 décembre 2016

Le lait est un poison

 

On me dit, je lis, on me conseille de ne plus boire de lait de vache. J'écoute, j'opine, mais n'en fais rien. J'aime le lait. Je ne suis pas sevrée. J'en bois quotidiennement. Pas un litre. Un quart de litre à peu près. "C'est trop, me dit la kiné, prends du lait de soja ou du lait de chèvre." Le lait de soja, c'est dégueulasse. Comme le tofu. Pas de soja chez moi. Et le lait de chèvre, dans le earl grey, c'est vraiment pas terrible.

Afficher l'image d'origine

Quand j'étais petite, avant 6 ans, on allait chercher le lait tous les jours à la ferme. On avait une boîte à lait en alu. Ma mère le faisait bouillir, elle donnait la peau à mon père. Moi je n'aimais pas ça. On buvait un litre à trois au petit déjeuner. Chacun, son bol. Mon père et ma mère avec un peu de café, moi avec du Banania.

Afficher l'image d'origine

Je trempais mon pain sans beurre. Pas de beurre, pas de crème, pas non plus le gras du jambon. Le pain sans beurre, le crouton du pain de la veille. J'aimais le pain dur. Et puis le beurre faisait les yeux dans le lait et ça me dégoûtait.

Lait Cru de Vache (Berlingot 1 litre)

Plus tard, quand nous avons déménagé pour le bourg, on est allé un peu dans une ferme. Pas longtemps. Trop de queue. Et puis le supermarché vendait des berlingots de lait cru bien pratiques. On ne buvait pas de lait stérilisé car il avait un goût prononcé. Mais le lait en berlingot était très bien. Je buvais toujours mon lait avec du chocolat. Le café, l'odeur du café me donnaient la nausée.

À la maison, on mangeait peu de fromage. C'était cher. De temps en temps, ma mère achetait un camembert. On mettait un peu de gruyère rapé sur les pâtes. Ma mère n'utilisait la crème fraîche que pour la cuisiner. C'était rare.

Maintenant, on a toujours un neufchâtel, c'est le fromage local, le fromage du pays de Bray. Celui que faisait mon arrière-grand-mère. Mon mari mange du fromage à chaque repas. Moi non. Je bois du lait.

Posté par Berthoise à 19:26 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

vendredi 23 décembre 2016

Sapin et aiguilles

Avec Poulette, l'autre WE, on a fait le sapin. Poulette aime Noël, il en faut. Comme moi, ça a plutôt tendance à me plomber le moral, on l'installe et on le décore ensemble quand je ne me décharge pas complêtement sur elle.

IMG_4693

Cette année il a un petit air bancal, très à la mode dans cette maison, on dirait moi quand je marche sans canne.

J'ai fini la rééducation en cabinet et j'attends la date d'admission au CFR. J'ai repris de la force dans la jambe et je me sens plus sûre de moi. En revanche, comme j'ai cessé de prendre tout médoc, les douleurs me tournent autour, comme des vautours guettant le moindre écart, le plus petit faux-pas pour piquer, serrer.

J'ai fini les travaux d'aiguilles commencés il y a plusieurs décennies. Et je me suis lancée dans la confection de granny squares. Je ne sais pas encore ce que j'en ferai. Je cherche des modèles, des grilles et des diagrammes. Ça m'amuse, ça m'occupe. Et c'est un peu plus intéressant que candy crush. Je soigne mon image de vieille.

Demain soir, nous irons avec Poulette et le Grand chez ma mère où mon frère et sa famille nous rejoindront.

 

Posté par Berthoise à 17:11 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 15 décembre 2016

Blues et travaux de dame

J'ai repris les travaux d'aiguilles. Faut bien s'occuper entre deux visites chez un toubib.

J'ai fini une couverture en tricot commencée pendant la grossesse de Poulette. Poulette qui va fêter ses 24 ans. L'ouvrage est resté en plan des années durant. Allez hop ! terminées les pelotes. C'était assez simple. Rien de difficile à me remettre dans les doigts.

IMG_4690

IMG_4691

Mais j'ai aussi un ouvrage au crochet (1.25 le crochet pour les connaisseurs, pour les autres ça veut dire que c'est très fin ). Là c'est plus coton. Je n'ai plus la grille. Bon, il reste 11 rangs à faire, je devrais pouvoir m'en sortir sans.

IMG_4686

IMG_4687

J'ai vu le toubib du travail la semaine dernière. Il appuie ma demande de mise en congé longue maladie. J'ai vu le toubib du CFR hier pour une préadmission en hôpital de jour. 3 mois. Il prescrit 3 mois de rééducation intensive. Je ne sais pas encore quand ça commence et à quel rythme.

 

Posté par Berthoise à 12:02 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

samedi 10 décembre 2016

Tes baisers ont un goût de saké.

Au resto chinois où on a mangé l'autre jour, il y avait de la musique. Des chinoiseries. Jusque là rien d'étonnant. Au dessert, il me semble reconnaître le mélodie du morceau. " Besame mucho". Besame mucho à la sauce impériale. Ça nous a fait rire.

Mais je préfère quand c'est Caetano Veloso qui chante

Et vous avez João Gilberto en prime.

Ne me dites pas merci, c'est cadeau.

Posté par Berthoise à 20:23 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 7 décembre 2016

La vie qui va

 

IMG_4627

IMG_4552

IMG_4598

Je rentre de la kiné. C'est dur ! Je me répète ? C'est que ça revient 3 fois par semaine, cette plaisanterie. Et c'est dur.

Ce midi, une copine est venue déjeuner. J'ai préparé un tajine d'agneau bien parfumé. Je précise bien parfumé parce que sans sel. Et quand on cuisine sans sel, on a intérêt à aimer les épices sinon c'est un rien triste.

J'ai retrouvé le cadeau de ma mère pour le Grand que j'avais égaré ( le cadeau, pas le Grand, lui, je sais où il est, et puis si je ne sais pas, il sait se retrouver tout seul ). J'ai craint un moment qu'il n'ait été jeté avec des vieux papiers. Mais non, il était juste avec des bricoles de mon mari. Ça m'a soulagée.

Je suis très en avance sur les cadeaux de Noël. Il manque juste celui pour ma petite nièce.

J'ai eu des réponses à mes questions, j'ai appelé l'IA et on m'a rassurée. La retraite est calculée sur le point d'indice et pas sur le salaire. On continue dans l'avancement même si on est en congé.

Demain, je vois le médecin de prévention en faveur des personnes ( toubib du travail ? ). À vrai dire, ça me stresse un peu. C'est moi qui ai demandé cet entretien et je finis par me demander si j'ai bien fait. Après la visite à l'IA, on ira au resto chinois puis au cinéma.  Je n'ai pas encore étudié le programme mais on trouvera sans doute quelque chose qui nous tentera.

Je viens de vérifier " Les demoiselles de Rochefort " ne passe pas.

Posté par Berthoise à 16:53 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 5 décembre 2016

Un tableau, un histoire de Lakevio: Battambang, 20 juin1955

Edward Hopper People in the Sun

Edward Hopper - People in the sun

On nous avait envoyé une invitation de la part de M.Delacourt. Ce spectacle rarissime méritait d'être observé dans les meilleures conditions.

À l'heure dite, soit 9h30, nous nous étions présentés avec notre bristol. On nous a dit de nous installer là. Du reste, on avait préparé des transats et des fauteuils de toile à notre intention sur la terrasse du ministère. Précautionneusement, j'avais emporté un petit coussin cale-nuque pour être confortable pendant l'évènement. On nous avait aussi donné d'affreuses lunettes pour protéger nos yeux. Elles étaient lourdes et disgracieuses mais c'était, nous avait-on dit, indispensable si nous ne voulions pas subir de graves brûlures de la cornée. Nous les avions glissées dans nos poches, en disant que nous les chausserions le moment venu.

Nous étions prêts pour le spectacle.

Nous attendions. Évidemment Simone n'avait pas pu rester simple, elle arborait capeline, foulard, escarpins et s'était maquillée comme pour les raouts de l'ambassade.

Derrière elle, Edmond Brun* prenait des notes. Il était chargé par un journal de faire un compte-rendu de ce qui devait être l'éclipse du siècle, ou du moins la plus longue. Il faisait mine d'être plongé dans son calepin, mais je savais que toute son attention était aimantée par Simone. Elle était respendissante. À faire pâlir le soleil.

Bien sûr, quand la lumière a décliné, que le silence s'est imposé, nous avons sorti nos lunettes de nos poches.

Est-ce à ce moment que, profitant de l'obscurité, Edmond a tenté sa chance auprès de SImone ? Je ne le sais. Mais depuis ce jour, la lumière de mes jours* illumine la vie de ce gredin, plongeant la mienne dans la noirceur de la mélancolie. Une éclipse totale et éternelle.

*Lire ici l'article d'Edmond.

* private joke, pas si private que ça, puisque bon nombre de lecteurs savent d'où vient cette locution.

Une version qui m'a bien plu.

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 3 décembre 2016

Ouf !

Pas d'opération pour l'instant. Hospitallisation de jour en centre de rééducation fonctionnelle prévue pour le mois de janvier. Dossier envoyé à la MDPH  ( Maison départementale pour le handicap ?). Je passe un temps fou à monter des dossiers. La prochaine échéance, c'est jeudi quand  je rencontrerai le toubib pour le personnel de l'éducation nationale.

Quelques questions me taraudent.


- Faut -il attendre d'avoir épuisé les 3 mois de congé de maladie à plein traitement pour demander à être placé en congé longue maladie ?

- Si on reprend à l'issue de ce congé à temps partiel ( allègement de service pour raison thérapeutique ou temps partiel de droit pour handicap ) et que c'est la dernière année d'enseignement, comment est calculée la pension de retraite ?

- Et si on ne reprend pas et qu'on est encore en congé longue maladie, comment est calculée la pension de retraite ?

Vous voyez des questions bien terre à terre, des questions de sous.

Je suis soulagée de ne pas avoir à passer sur le billard dans l'immédiat. C'est ce que je veux retenir.

Posté par Berthoise à 08:02 - - Commentaires [30] - Permalien [#]

mardi 29 novembre 2016

Ce matin

J'ai commencé la rééducation. Ptain, c'est dur ! Je n'ai plus aucune confiance dans ma jambe. Dans les exercices d'équilibre je me cramponne comme une malheureuse à l'espalier. Le jeune kiné, un nouveau que je ne connaissais pas, m'a répété ce que tout le monde me serine, ça va être long.

J'ai une mine de papier mâché. Le manque de sommeil. Cette nuit, j'ai ouvert un livre. " Contes et légendes tirés de l'Énéide". De la haute littérature. Je me souviens l'avoir déjà lu quand j'étais en 6ème. Mais il m'est impossible de me concentrer sur un truc plus consistant.

J'ai trouvé ce bouquin dans la boîte à livres qui a été placée sur la voie verte au bord de l'Epte. On est allés marcher un peu samedi, l'histoire de digérer le coup de la chirurgie. Le coup, il faudra aussi qu'on digère le coût. Se soigner coûte une fortune. Et on veut casser la sécu. Mais comment les gens vont-ils se soigner ?
Nous sommes 2, avec chacun un revenu moyen. On s'en sort, je ne cherche pas à faire pleurer dans les chaumières. Mais je m'inquiète. Je suis allée chez un nouvel ophtalmo, la mienne est partie en retraite, elle prenait 23 euros, là j'ai payé 80 (remboursés 23 ). Et ne me dites pas que je pouvais en choisir un autre moins cher, c'est faux. Il n'y en a plus.
Je vois un rhumato, 70 euros. Mercredi, je vois une chirurgien, 70 euros encore minimum la consultation. Et combien va-t-il demander pour opérer ? ( Il va forcément vouloir opérer, il est chirurgien ).

On fait face à ces dépenses, là n'est pas le problème. Le problème est qu'on est dans la bonne classe moyenne et que je pense aux couples avec un seul revenu, aux femmes seules avec des enfants, aux chômeurs, aux travailleurs pauvres. Comment vont-ils s'en sortir ?

Cet après-midi, je vais chercher mes nouvelles lunettes. J'ai mangé avec une copine, hier midi. On a bien bavardé. Je perds tout. Ma carte d'identité, je m'en suis rendue compte en allant voter dimanche. J'ai perdu aussi le cadeau que ma mère avait rapporté de voyage pour le Grand. Je perds, j'oublie. Crénom, vivement que cette période ne soit plus qu'une histoire ancienne.

Je me relis, on pourrait croire que je déprime. Non. Ça va. Je tiens, le moral tient. Je regarde par la fenêtre, le ciel est bleu, il n'y a plus de feuilles sur les arbres et le soleil joue dans les branches nues, c'est joli.

Je viens de monter un siège ergonomique, vous savez, ce tabouret sur lequel on est à genoux. J'adore le mécano. Les modes d'emploi avec la quincaillerie, les plans de montage, c'est un défi qui me fait kiffer.

Petite Image De Decoration

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Et aujourd'hui, j'écoute ça. "Gurdjieff - De Hartmann Vol 04: Meditation, par Alain Kremski" 

Posté par Berthoise à 10:23 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 26 novembre 2016

Ça va, ça vient.

J'ai vu un rhumato aujourd'hui. Qui ne comprend pas bien ce qui m'arrive. Qui pense, lui, que mes soucis sont articulaires ( le gars de l'IRM pense, lui, que c'est musculaire ). Il m'envoie voir un chirurgien pour avis. Le canal rachidien serait bouffé par l'arthrose. Et compte tenu de mon âge, si c'est pas maintenant, de toute façon je n'échapperai pas à l'opération. Vous dire que ces nouvelles me font grimper aux rideaux serait un peu exagéré. Vraiment, je ne suis pas pressée d'aller me faire charcuter la colonne vertébrale.

Malgré tout, je sors de là satisfaite. Je peux, je dois commencer la rééducation. Je peux, je dois retourner à la piscine. Et je peux arrêter le "lyrica".

J'ai rendez-vous mercredi soir avec le chir. Avec en tête cette maxime : " Il est urgent d'attendre." Je ne prendrai de décision qu'après un autre avis.

Sinon, vous connaissez Prabhu Édouard ? Ben moi non plus jusqu'à peu. J'aime beaucoup les tablas, il en joue merveilleusement bien.

Posté par Berthoise à 20:29 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 23 novembre 2016

Si il y a un rayon de soleil

Je crois que je vais aller voter à la primaire de la droite dimanche. Je ne suis pas de droite, ni même du centre, un peu plus à gauche que le parti au pouvoir. Mais je crois que je vais y aller. Pas seulement pour sortir de chez moi, non. C'est pas que j'adhère plus au programme de l'un que de l'autre. Disons que j'irai par défaut. Je veux pouvoir voter au deuxième tour des présidentielles. Parce que je n'irai pas s'il faut choisir entre la peste et le choléra.

J'irai donc voter dimanche.

Le vote est ouvert à tous. Il n’est pas réservé aux adhérents des partis. Pour voter, il suffit : 
- D’être inscrit sur la liste électorale au 31 décembre 2015 (ou d’avoir 18 ans à la date de l’élection présidentielle 2017)
- De verser 2€ par tour de scrutin de participation aux frais d’organisation
- De s'engager sur l’honneur en signant la phrase suivante : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France. »

J'ai barré ce qui pourrait me retenir, mais mon honneur supportera cette rature.

Adrienne et Célestine ( mes bonnes copines ) se sont donné le mot ce matin pour pondre un billet à vous plomber le mois de novembre. Déjà qu'il n'est guère réjouissant.

Mon copain Prax a lui aussi pondu un billet. Il s'y colle une fois par an. Pour éviter que son blog ne ferme certainement.
Mais il a été prolixe, il y a quelques années et ses archives sont savoureuses. On a bien rigolé.

Heure-Bleue et Le Goût sont en panne d'inspiration, mais vaillamment ils ont fait leur boulot en expliquant pourquoi.

Cet après-midi, avec Poulette, on va commander deux places pour " la Flûte enchantée " à l'Opéra Bastille, en janvier. Et je fais le pari d'aller mieux.

 

En traînant, deci-delà, pareille à la feuille morte, j'ai vu cette vidéo, que je veux partager avec vous.

Il faut se forcer un peu, et mettre des couleurs à l'automne.

 

Posté par Berthoise à 14:11 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 21 novembre 2016

Un tableau, une histoire de Lakevio : Ben si, Kéké, il a raté !

kendra baird offering the truth

Kendra Baird - Offering the truth 

Allez, viens !

Arrête de faire la gueule, tu vas tout faire foirer.
C'est rien qu'un petit con qui se la pête, ce chorégraphe de mes deux. Je suis d'accord, il n'avait pas à te dire ça. Mais tu vas pas gober tout ce qu'il raconte. Viens vite, tout le monde t'attend. Tu verras ce sera énorme quand on l'aura fait. Tous ces comm' qu'on va avoir. Ça va liker à donf'. Tu pourras dire j'y étais.
Allez, on est prêts, on n'attend plus que toi. Évidemmment qu'on peut le faire sans toi. Éh, bien sûr ! Mais ce ne sera pas pareil. Allez viens, ça va commencer. On s'entraine depuis des jours. Ça va être le flashmob du siècle. Celui qui déchire sa race. "Les Parapluies de Cherbourg" avec 400 gus.  Ça renvoie "La mélodie du bonheur" au rang des amateurs.

Viens ! J'espère seulement que Kéké va pas louper la vidéo.

 

 

 

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 20 novembre 2016

Du mieux

Aujourd'hui, ça va mieux.

Le moral. Je continue à baisser les médocs, j'ai arrêté les antidouleurs , évidemment je le sens mais j'en ai marre ďe tous ces cachetons et puîs c'est que je ne dois plus en avoir besoin, puisque je supporte

Je vais mieux, pour lr moral. Parce qu'au niveau de l'équilibre, c'est vraiment pas le pied (humour !).

Je tangue, je titube, et je me retiens aux murs. Dans la maison, je délaisse jeanne. Les murs; les meubles m'aident.

Hier, on est allés me choisir une nouvelle paire de lunettes. Je suis contente de mon choix. C'était bien aussi de sortir de la maison, il y avait du soleil, un froid vif et un vent du tonnerre.

Des copines, ma mère, ma fille, mon fils sont venus me voir. Je suis entourée. Vous commentez avec gentillesse mes pleunicheires. Vous êtes précieux.

J'ai retracé l'historique des douleurs pour pouvoir être claire quand je vais rencontrer le toubib du travail. Je ne veux rien oublier. Ecrire tout ça m'a tranquillisée.

Mon mari qui est un amour lui aussi, et prévenant, m'a offert un petit clavier pour pouvoir taper allongée avec ma tablette. Je ne maitrise pas encore parfaitement l'engin. Je fais de nombreuses fautes de frappe. Et fautes tout court.

Voilà c'est tout pour aujourd'hui. Cet après midi, je me colle au devoir de Lakévio.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Berthoise à 09:07 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :