samedi 13 septembre 2008

Le défi du samedi : Un petit mari

J'ai participé à un jeu d'écriture.

La consigne était 'vouloir quelque chose ou quelqu'un'.
L'incipit : 'On m'a souvent demandé...'

Et les autres textes sont là :

http://samedidefi.canalblog.com/

 

      On m'a souvent demandé: « Qu'est-ce qu'on mange ? »

Le soir , sur le coup de sept heures, quand sonne l'angélus, il est une antienne qui sonne à mes oreilles ; plusieurs voix pour la reprendre, plusieurs tons pour la chanter, mais toujours les même paroles.  «  Qu'est-ce qu'on mange ? »

Quand je suis courageuse, ou prévoyante, ou affamée, j'énonce le menu d'une voix décidée. Je ne souffre aucun commentaire, aucune remarque, pas une suggestion. De la fermeté, de la détermination, c'est moi la maîtresse du logis.

Quand la fatigue me pèse, que je n'ai pas eu le temps ou pas le courage ou pas l'envie, je voudrais un petit mari : un comme ceux de la télé qui mitonnent des ratatouilles, un tablier noué sur les reins, une odeur de petit salé, un fumet de mitonné, enfin quelque chose de bon où je n'aurai pas mis les mains. Pas un dîner aux chandelles, non, un repas du soir dans la cuisine, sur la toile cirée, avec quand même une bonne bouteille, un de ces vins bien charpentés qui égaient l'humeur en peu de temps. Les volets seraient fermés, on aurait mis nos charentaises, il m'appellerait en bas de l'escalier et me dirait « C'est prêt ! »

Je descendrais, le sourire aux lèvres, je m'assiérais, sortirais ma serviette roulée de son rond, et j'attendrais qu'il me serve. Les enfants seraient dans un bon jour, un jour de rires et de bons mots, ils auraient faim et seraient à l'heure.

Mon petit mari me dirait : «  Tu aimes ? »

Je serais polie, je dirais : «  Oui. »

Ce serait vrai.

 


Posté par Berthoise à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Le défi du samedi : Un petit mari

    Oh, c'est gentil d'avoir mis un lien pour les défis .

    Posté par val, samedi 13 septembre 2008 à 08:24 | | Répondre
  • héhé... le fameux « qu'est ce qu'on mange ? ». Une sorte de tue-l'amour qui agace et assoit la féminité dans son rôle de nourricière... Oui, un acte machiste inscrit dans notre éducation.
    Je préfère dire « qu'est ce que tu vas nous préparer de bon ? ». Oui, bon ok c'est pareil !

    Posté par kris, samedi 13 septembre 2008 à 09:51 | | Répondre
  • Val > C'est le minimum du minimum.(je lis Claude Boujon).
    Kris > Je confirme : c'est pareil!

    Posté par berthoise, dimanche 14 septembre 2008 à 16:45 | | Répondre
  • Je préfère encore "qu'est-ce qu'on mange?" au "est-ce je peux t'aider?" car chez moi cette "aide" finit souvent mal: "peux-tu cuire le blé alors?" s'avère déjà trop difficile...

    Posté par Chantal, mardi 16 septembre 2008 à 11:17 | | Répondre
  • Chantal > Chez nous, les enfants refusent de lui laisser toucher même un paquet de pâtes. Quand je ne suis pas là, ils préfèrent prendre les choses en mains que de le laisser faire.
    Conclusion : Je devrais partir plus souvent.

    Posté par berthoise, mardi 16 septembre 2008 à 22:46 | | Répondre
  • Ca c'est supèr: ma fille accède déjà à la gazinière, mais pas encore au robinet. Alors je dois prévoir quand je ne suis pas là: le congélateur plein de plats cuisinés au préalable, qu'il a qu'à dégeler... (donc à 9 mois de grossesse j'ai fait une douzaine de plats et plusieurs gâteaux, autant de plus que les beaux-parents allaient venir...!)

    Posté par Chantal, mercredi 17 septembre 2008 à 07:27 | | Répondre
  • Chantal > Tu es admirable !

    Posté par berthoise, vendredi 19 septembre 2008 à 20:58 | | Répondre
  • merci ! C'est mon boulot, mon mari est mon patron--c'est nul, mais c'est comme ça! (non, je ne crache pas dans la soupe, si ça ne m'ira plus, je démissionne!)

    Posté par Chantal, mercredi 24 septembre 2008 à 16:39 | | Répondre
Nouveau commentaire