jeudi 25 octobre 2018

Bach, le jazz et la madeleine

Chez Walrus, on parle Bach et des interprétations jazzy qui furent à la mode ( lui, Walrus, dit : en vogue, rapport à la maison de disque) quand j'étais gamine.
Un commentateur est même allé chercher un truc de Loussier.

Je me souviens que les stations service dans les années 60-70 essayaient de fidéliser les clients en leur offrant des 45 tours pour quelques pleins achetés. C'était moi qui choisissais le disque.
C'est comme ça que les Moody Blues sont entrés dans la maison.

Et Jacques Loussier. Déjà à l'époque j'avais une mémoire sélective et particulièrement efficace pour la musique. J'avais entendu Loussier à la radio et me souvenais du nom.

 Entendu Festival du Vexin à Aincourt, piano violoncelle.

Lu " La maison où je suis mort autrefois" Keigo Higashino

Posté par Berthoise à 18:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Bach, le jazz et la madeleine

    La madeleine ? C'est de la provoc !
    Bises

    Posté par Walrus, jeudi 25 octobre 2018 à 18:44 | | Répondre
  • Trop fort ce Loussier, j'adore !
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    Posté par celestine T, vendredi 26 octobre 2018 à 00:08 | | Répondre
  • Ayant déjà entendu Vasso Devetzi par hasard quand j'étais gamin, Loussier ne m'a jamais branché.
    Finalement j'aimaiçs mieux les versions classiques que les versions jazzy de Bach.
    Mais les Moody Blues, là c'est autre chose…
    Nom de dieu qu'on était jeune et facilement ému par la proximité...

    Posté par le_gout_des_aut, vendredi 26 octobre 2018 à 08:43 | | Répondre
    • Toi aussi, tu dansais le slow.

      Posté par Berthoise, dimanche 28 octobre 2018 à 14:04 | | Répondre
  • je préfère du Bach "à l'ancienne" que les arrangements, quels qu'ils soient, mais les Moody Blues, c'est chouette et so so british

    Posté par Adrienne, vendredi 26 octobre 2018 à 17:42 | | Répondre
    • J'aime bien les versions jazzy, mais ce sont aussi des histoires de mode.

      Posté par Berthoise, dimanche 28 octobre 2018 à 14:04 | | Répondre
  • Nights in white satin, never reaching the end...
    Ah la la !!! souvenirs de slows !

    Posté par Praline, vendredi 26 octobre 2018 à 20:02 | | Répondre
    • Je crois qu'on ne danse plus le slow. Quel dommage !

      Posté par Berthoise, dimanche 28 octobre 2018 à 14:03 | | Répondre
  • Si on doit encore danser le slow presque en se cachant.

    Posté par heure-bleue, mardi 30 octobre 2018 à 08:36 | | Répondre
  • Quoi?
    Tu supprimes les commentaires Walrus? Ou il ne passent pas?

    Posté par Val, mardi 30 octobre 2018 à 19:45 | | Répondre
    • Mais c'est même pas mon blog !

      Posté par Walrus, mardi 30 octobre 2018 à 20:41 | | Répondre
  • Je ne suis pas trop jazzy mais les Moody Blues j'adore. Que de bons souvenirs de slows langoureux...

    Posté par sous mon tilleul, jeudi 1 novembre 2018 à 23:42 | | Répondre
Nouveau commentaire