vendredi 15 janvier 2016

L'amour du cinéma

Vincent Lindon, ce matin sur France Inter, disait qu'une chanson pouvait facilement être associée à une histoire d'amour mais que c'était rarement le cas avec un film. Il en tirait la conclusion que les chanteurs étaient plus dans l'immédiateté que les acteurs. À moins que ce ne soit le point de départ de sa réflexion, je ne sais plus car ça a appelé un souvenir qui m'a fait perdre le fil de son propos.

J'ai eu un amoureux qui a beaucoup compté dans ma vie. Un amoureux que j'ai éconduit. Parce que j'étais trop jeune pour vouloir m'engager mais que j'ai aimé passionnément. ( C'est beau hein ? On dirait du Delly). Il était grand, il était beau, il sentait bon l'humus et les grands bois.
Nous avions un projet de randonnée sur la route des crêtes dans les Ardennes. Il me semble bien là que c'est que sommes allés. Nous avions passé la journée à mettre au point certains détails pratiques de l'expédition. Il y avait lui, il y avait moi et un couple formé par un de ses potes et de la chérie du moment. Nous avions pas mal crapahuté à travers champs et bois. Nous avions même longé des cultures venant d'être traitées.
Le soir, un peu rompus, nous décidâmes ( un passé simple pour faire plaisir à Célestine et au Goût) d'aller poser nos fesses au cinéma.
Le retour de Martin Guerre ( 1982, ça permet de dater l'histoire).

Le retour de Martin Guerre, vous connaissez, Nathalie Baye, Gérard Depardieu (jeune), la supercherie, la tromperie, le mensonge et surtout l'amour. C'est un film triste qui finit mal. J'ai beaucoup pleuré, d'autant plus que je supportais mal les traitements agricoles déversés dans les champs que nous avions traversés. Mais j'ai pleuré aussi parce que j'ai toujours eu la larme facile et encore maintenant n'importe quel mélo me transforme en Madeleine. Je me souviens du film et cette soirée. C'était le dernier bon moment que nous passions ensemble. Je crois. Après on s'est fâchés. On a randonné dans les Ardennes dans une ambiance pesante et tendue. En gros et pour faire court, on s'est fait la gueule. Charmant pour les potes qui jouaient les intermédiaires. On a travaillé aussi ensemble l'été suivant. Toujours en se faisant la gueule. C'est vrai que j'étais impardonnable. Mais c'était prévu et nous avions pris des engagements. Et puis on ne s'est plus vus. Et je m'en suis longtemps voulu d'avoir gâché un si bel amour.

De même, je n'ai jamais revu "Le retour de Martin Guerre".

 

Posté par Berthoise à 19:15 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur L'amour du cinéma

    Les amours de jeunesse ne sont ils pas les plus beaux?
    Pour les Ardennes, je vais jouer à la chauvine, c'est une moitié de moi depuis des siècles. Ma généalogie y prend racine vers 1500.
    Alors je ne peux qu'aimer ses paysages, ses forêts, ses rivières et ses maisons couvertes d'ardoises.

    Posté par edith, vendredi 15 janvier 2016 à 19:53 | | Répondre
    • Les plus beaux, je ne sais pas, ceux qu'on regrette assurément. À moins que ce ne soit sa jeunesse qu'on regrette.

      Posté par Berthoise, vendredi 15 janvier 2016 à 20:02 | | Répondre
  • ta vie est un roman dont je lis de temps en temps un épisode, c'est réjouissant et en même temps je verserais bien une larme (facile) moi aussi

    Posté par Adrienne, vendredi 15 janvier 2016 à 20:58 | | Répondre
    • Ne pleure pas trop Adrienne, je m'en suis remise.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:17 | | Répondre
  • Un regret né d'un amour éperdu, mais l'as-tu vraiment gâché?

    Posté par Livfourmi, vendredi 15 janvier 2016 à 21:57 | | Répondre
    • Oui, je n'ai été ni gentille, ni correcte, ni quoique ce soit d'excusable. Mais c'est comme ça. On doit vivre aussi avec le fait qu'on n'est pas parfait.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:18 | | Répondre
  • Trop jeune...c' est difficile, il faut d'abord du temps pour vivre, du temps pour profiter, du temps pour se tromper, s'affermir. Ne vient qu'après le temps de s'engager, non ? (J'dis ça parce que je le pense bien sûr et parce que j'ai fait juste l'inverse, c'était pas bien du tout...)

    Posté par Brin de broc, samedi 16 janvier 2016 à 08:21 | | Répondre
    • Suaf qu'à l'époque que je ne le diasais pas comme ça. C'est maintenant que je le dis et surtout que je le pense.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:19 | | Répondre
  • Trop jeune pour s'engager.... je comprends. Il reste les souvenirs et on les garde pour toujours.

    Posté par brigou, samedi 16 janvier 2016 à 09:02 | | Répondre
    • Ah ça des souvenirs, je n'en manque pas.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:20 | | Répondre
  • Si tu les revoyais (le film et l'ex), peut-être t'étonnerais-tu de ce que tu as pu ressentir autrefois.

    Posté par Cristophe, samedi 16 janvier 2016 à 09:29 | | Répondre
    • Puisque je suis une vraie bourrique, je vais dire que sans doute serais-je moins déçue par le film que par le bonhomme. Dont j'ai parfois des nouvelles de loin, par son frère qui est resté un copain, lui.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:22 | | Répondre
  • Une pensée particulière pour les Ardennes, mon père étant un sanglier qui a toujours eu la nostalgie, mais les hasards des mutations...
    Pas de film référence pour mon premier (et, en vrai, le seul) amour : Je ne me sentais pas trop jeune, mais lui pensait que je l'étais sans doute... Nous nous sommes revus des années plus tard, et encore plus tard, sans perdre un pouce de l'enchantement. Que c'est bête la vie quelquefois !!!

    Posté par Sophie, samedi 16 janvier 2016 à 09:30 | | Répondre
    • Est-il trop tard ?
      Remarque c'est bien de savoir qu'on a vécu cette émotion.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:23 | | Répondre
  • "( C'est beau hein ? On dirait du Delly). "

    Tu sais que c'est bien ?
    On a tous (du moins j'espère pour les autres) vécu du Delly.
    A lire après, ça fait nunuche, mais à vivre c'est pas mal.

    Posté par le_gout_des_aut, samedi 16 janvier 2016 à 09:33 | | Répondre
    • Je suis bien d'accord avec Le goût des Autres, Delly c'est nunuche mais à vivre c'est pas mal et j'ajoute qu'on a bien de la chance de le vivre ! Et moi aussi, j'ai le souvenir d'un film, et même deux en fait, vus en fort aimable compagnie...

      Posté par Acanthe, samedi 16 janvier 2016 à 21:17 | | Répondre
      • Donc Vincent Lindon raconte des conneries.
        Et toc !

        Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:26 | | Répondre
    • Tu prêches une convaincue.
      Mais c'est très nunuche à lire et .....à écrire.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:25 | | Répondre
  • Mais si tu avais vécu cet amour, tu n'aurais jamais eu Poulette et son frère.
    Je ne suis pas une regretteuse en amour, j'avais même un petit côté sadique.

    Posté par heure-bleue, samedi 16 janvier 2016 à 09:56 | | Répondre
    • Pourquoi ce "j'avais" ?
      Tu es comme les quartiers de Paris qui, dans le fond,ne changent jamais...

      Posté par le_gout_des_aut, samedi 16 janvier 2016 à 15:10 | | Répondre
    • Oh la, tu sais, dans le genre sadique, j'ai fait très très fort et je n'en suis pas spécialement fière.
      Mais oui, j'ai regretté.

      Posté par Berthoise, dimanche 17 janvier 2016 à 08:27 | | Répondre
  • Tu me rappelles que j'ai vu Martin Guerre dans un avion.

    Posté par le_gout_des_aut, dimanche 17 janvier 2016 à 08:54 | | Répondre
    • Tu es un homme qui a beaucoup voyagé.
      J'ai pourtant pris l'avion quelques fois et pour des longues distances mais je ne me souviens plus du tout des films projetés.

      Posté par Berthoise, lundi 18 janvier 2016 à 09:23 | | Répondre
  • J'ai mon amour d'adolescente à mes côtés , on s'est connus à 16 ans , et je suis toujours avec .

    Posté par Brigitte, dimanche 17 janvier 2016 à 18:21 | | Répondre
    • DIs donc.
      Je connais quelques couples comme ça. Ça me surprend toujours un peu. Et ça m'attendrit.

      Posté par Berthoise, lundi 18 janvier 2016 à 09:21 | | Répondre
  • alors là , le débat est lancé , chanson ou films qui évoquent nos amours de jeunesse ou des souvenirs doux et amers
    il ne faut pas vivre avec des regrets , tu l'as bien compris
    je me souviens quand ce film est sorti au cinéma , j'ai toujours aimé Nathalie Baye
    si je devais évoquer une chanson amour de jeunesse , ce serait "L'aigle noir "
    ce n'est pas très gai , certes ...
    Lindon il raconte quand même des conneries dès fois ..

    Posté par Jeanne, dimanche 17 janvier 2016 à 22:00 | | Répondre
    • Lindon raconte des conneries comme tout le monde mais lui (je crois) n'a pas de blog.

      Posté par Cristophe, dimanche 17 janvier 2016 à 22:02 | | Répondre
      • Contrairement à nous tous. Ceci dit nos conneriees n'ont pas la même portée que les siennes émises à 8h00 du matin sur France Inter.
        Mais dire quelques conneries parfois ça détend .

        Posté par Berthoise, lundi 18 janvier 2016 à 09:18 | | Répondre
    • Oui, l'aigle noir , y'a plus olé-olé pour évoquer sa jeunesse.

      Posté par Berthoise, lundi 18 janvier 2016 à 09:19 | | Répondre
  • tu as l'air de dire qu'il n'est pas devenu quelqu'un de bien, donc c'est ton instinct qui t'a guidée et tu as bien fait de le suivre

    Posté par Anguillette, dimanche 17 janvier 2016 à 23:45 | | Répondre
    • Oui tu as raison, mais j'aurais pu rompre autrement.

      Posté par Berthoise, lundi 18 janvier 2016 à 09:16 | | Répondre
  • Tu n'as rien gâché puisque tu en as fait un billet "beau comme du Delly". Qu'en a t-il fait, lui ? Peut être rien du tout.
    A propos de chanson versus film, une chanson peut te rapporter clac comme ça en quelques notes un souvenir. Le film demande de se mettre devant, s'asseoir, se mettre en condition (pour moi ça sera deux ou trois carrés de chocolat, merci) et, souvent d'être déçu, on a vieilli et lui aussi. Les chansons sont plus "durables" et plus efficaces pour faire le coup de la larmiche et du coeur qui s'emballe. (ce qui n'empêche pas Lindon et les autres - à commencer par moi-même- de dire des conneries.)

    Posté par merecastor, lundi 18 janvier 2016 à 12:45 | | Répondre
    • Tu as raison, c'est pas gâché.
      J'ai regretté, mais je ne regrette plus.
      Tu dis des conneries, toi ?

      Posté par Berthoise, lundi 18 janvier 2016 à 18:06 | | Répondre
  • Ah quel billet jubilatorigolo !
    J'en estions tant esbaudie que j'oubliâtes de commenter, en revanche je te citâtes dans mon dernier billet ^^
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, mardi 19 janvier 2016 à 11:43 | | Répondre
    • Contente de te faire rigoler.

      Posté par Berthoise, jeudi 21 janvier 2016 à 19:05 | | Répondre
  • Réjouis-toi ! Le film de tes amours de jeunesse n'est pas "Le chanteur de jazz" !

    https://www.youtube.com/watch?v=UYOY8dkhTpU

    C'est toujours ça de pris, comme disait ma grand mère !

    https://www.youtube.com/watch?v=3Mu03TVbAUI

    Posté par Joe Krapov, mercredi 20 janvier 2016 à 10:03 | | Répondre
    • Je suis un poil plus jeune. Si peu.

      Posté par Berthoise, jeudi 21 janvier 2016 à 19:10 | | Répondre
  • J'ai entendu, mieux, j'ai écouté le vincent Lindon ce matin là pendant que je nettoyais la cuisine... j'ai aimé (comme souvent) le propos de cet homme, alors il dit des conneries probablement, mais j'apprécie le comédien et le bonhomme, il me semble simple et clair. "Le retour de martin Guerre" est assez sensationnel mais j'ai toujours aimé le Depardieu et la Baye et le Cinématographe.

    Bleck

    Posté par Bleckattitude, jeudi 21 janvier 2016 à 11:00 | | Répondre
    • J'ai coùùa,cé à l'écouter et puis j'ai été prise par mes souvenirs et le néccessaire besoin d'aller bosser.
      C'est un beau film , oui.

      Posté par Berthoise, jeudi 21 janvier 2016 à 19:11 | | Répondre
Nouveau commentaire