lundi 19 mars 2018

Un tableau, un histoire de Lakévio : cent pour sang chaud

 

Cent pour sans...

french maid pas un jour sans fessee

 

Centième devoir, chers amis !

 

Saurez-vous raconter une petite historiette sur ce tableau coquin,

en cent mots exactement, pas un de plus, pas un de moins ?...

 

Pour assouvir une de ses envies.

J'ai joué les soubrettes en goguette,

J'ai porté des dentelles jolies,

Me suis amusée comme une follette.

 

Je maniais le plumeau,

Me baissais pour astiquer.

Il regardait le coquin tableau

Qui semblait l'émoustiller.

 

J'eus le geste attendu

D'ôter ma culotte blanche.

Et je plantai mon petit cul

Sous son nez de vieille branche.

 

Il fut tellement excité,

Qu'il en perdit son sang froid.

Il plaqua un chaud baiser.

Il mit mon corps en émoi.

 

La suite, vous la devinez

Inutile de tourner autour du pot.

Vérifiez si vous voulez,

La grivoiserie a cent mots.

 

Posté par Berthoise à 06:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Un tableau, un histoire de Lakévio : cent pour sang chaud

    Je me doutais que ça t'inspirerait !
    Je n'ai pas été déçu !
    (J'ose pas ajouter "bisous" comme à l'ordinaire)

    Posté par Walrus, lundi 19 mars 2018 à 08:26 | | Répondre
  • 100/100 réussi ton texte coquin Berthoise

    Posté par brigou, lundi 19 mars 2018 à 08:35 | | Répondre
  • c'est génial Berthoise

    Posté par coumarine, lundi 19 mars 2018 à 09:34 | | Répondre
  • Ah un second poème : super bien "tourné"... inspirant ce "tableau" n'est-il pas ?

    Posté par Sophie, lundi 19 mars 2018 à 09:49 | | Répondre
  • Tu as la plume alerte...

    Posté par heure bleue, lundi 19 mars 2018 à 10:12 | | Répondre
  • Tu le montres avec brio, "le second cerveau" n'est pas l'intestin...
    (on reproche assez souvent aux garçons et au filles de "penser avec ça".)

    Posté par le_gout_des_aut, lundi 19 mars 2018 à 10:17 | | Répondre
  • La Bretagne te réussit bien, bravo !

    Posté par Praline, lundi 19 mars 2018 à 10:37 | | Répondre
  • Quand on aime, on ne compte pas !

    Posté par Joe Krapov, lundi 19 mars 2018 à 14:44 | | Répondre
  • J'adore, Berthoise ! Ça me parle tout à fait ! Et en rimes en plus ! Quel talent !

    Posté par lakevio, lundi 19 mars 2018 à 14:47 | | Répondre
  • Voilà du pot-potin, du vrai.

    Posté par joye, lundi 19 mars 2018 à 15:17 | | Répondre
  • excellent !!!

    Posté par ang/col, lundi 19 mars 2018 à 16:47 | | Répondre
  • Et pour 100 mots de plus ?
    On peut avoir la suite ?

    Posté par alainx, lundi 19 mars 2018 à 17:34 | | Répondre
  • J'adore ! une affaire rondement menée !!

    Posté par colettemoi, lundi 19 mars 2018 à 18:51 | | Répondre
  • Super ! Pour la 100e, Lakevio nous a permis d'en prendre plein les mirettes...

    Posté par julie, mardi 20 mars 2018 à 11:09 | | Répondre
  • Tu t'es payé le luxe de nous pondre ton texte en vers ! Bravo !
    Mais pourquoi pas un cul d'homme ? Rappelle-toi celui de Jacob dans la Cage aux Folles... tout à fait appétissant !

    Posté par bourlingueuse, mardi 20 mars 2018 à 22:21 | | Répondre
  • C'est joyeux, amusant, alerte et bien écrit, y compris la chute (pas de reins) !!!

    Bravo Berthoise!

    Posté par quartzrose, mercredi 21 mars 2018 à 11:48 | | Répondre
  • J'avais posé un commentaire mais canalblog me l'a mangé...
    Bon il était un peu « poil à gratter » par rapport à cette image que je trouvais peu en accord avec mes convictions féministes...
    C'est pas grave...L'essentiel c'est que chacun se soit amusé.
    Et ta plume reste alerte, chère berthoise
    Bisous

    Posté par celestine T, mercredi 21 mars 2018 à 20:55 | | Répondre
    • Bah, les convictions féministes ou masculinistes c'est un peu comme le cerveau, elles sont destinées à être posées sur la table de chevet (ou de la cuisine, si le temps presse)

      Bleck

      Posté par Bleckattitude, samedi 24 mars 2018 à 10:36 | | Répondre
Nouveau commentaire